Mon acupuncteur et moi : de 2006 à… 2012 !

J’ai arrêté de fumer en août 2006, à 30 ans, après 15 ans de tabagisme. Un paquet par jour pendant 15 ans, j’ai été fidèle à cette s*loperie de clope. Rendez-vous compte un peu des dégâts. D’ailleurs, je me demande si le tabagisme ne serait pas la cause de mon insuffisance ovarienne. Je n’ai jamais su, je n’ai d’ailleurs jamais posé la question à qui que ce soit. J’ai trop peur de la réponse et je ne veux pas culpabiliser davantage. Mais je pense que oui… Le tabagisme a eu raison de mon IO. Et c’est bien trop tard ; le mal est fait.

Lorsque j’ai commencé à fumer, à 15 ans donc (oui, je sais, c’est TRES jeune !), je savais que j’arrêterai 15 ans plus tard. Je me suis toujours dit : « le jour où j’aurais fumé autant que je n’aurais vécu, j’arrêterai définitivement de fumer ! ».

Et c’est ce que j’ai fait. Du jour au lendemain. Comme ça, sans aide, sans rien (enfin si, des gommes à base de nicotine à mâcher). Ca a été, pour moi, une période noire à tout point de vue. Je ne sortais plus, ne voyais plus personne, était complètement déprimée, triste… Impossible de me concentrer, d’avancer dans la vie, sans compter les + 9 kgs au compteur (que j’ai réussi à perdre depuis mais que je reprends fatalement avec les stimulations ovariennes). J’ai même fait une déprime. Pas une dépression, je ne pense pas, mais une belle grosse déprime qui a duré des mois et des mois.

Pour me sortir de là, une amie m’a obligée à me prendre en main. Elle m’a envoyée chez son acupuncteur. Aujourd’hui, il est spécialisé dans les problèmes d’infertilité et connaît d’ailleurs bien l’équipe qui me suit (gygyamp, entre autres, et Monsieur utérus qui m’a opérée pour mon polype).

A l’époque, ses patientes n’étaient pas forcément des nullipares ou des nulligestes (quel vocabulaire, n’est-ce pas 😉 ?). Aujourd’hui, je retourne le voir car je suis stérile, infertile. Il ne s’occupe plus que des cas désespérés (je le sais car je le vois, je l’entends lorsque je vais le consulter). Je n’aurais jamais imaginé à l’époque, en 2006 donc, le revoir des années plus tard pour un problème de stérilité et/ou pour qu’il gonfle à bloc mes follicules !

Nous nous voyons entre J3 et J8 puis dans les 2 à 3 jours qui suivent l’insémination.

Je ne sais pas si cela me fait du bien. Je ne sais pas si c’est l’acupuncture qui a fait que j’ai développé (trop tôt) 2 follicules (de plus de 10 mm) à J2 seulement. Je lui ai posé la question, évidemment. Il m’a répondu que non. Il ne va pas me dire que l’acupuncture a eu une mauvaise influence sur moi. En attendant, hier, à J5 donc, il ne m’a pas piquée au-dessus du pubis comme il avait l’habitude de le faire. Forcément, il n’est pas question, cette fois, de booster mais, « d’agir sur mon niveau de stress« , a-t-il déclaré.

Je me pose des milliards de questions. Je me demande si je n’en fais pas trop. J’ai parfois envie de tout bazarder. Rien ne se passe comme prévu et tout est compliqué. Je suis fatiguée. J’en arrive très souvent à me dire que si c’est ça faire un enfant, eh bien je n’en veux pas… Je me dis ça, puis 2 minutes après, je pleure car je suis convaincue que nous sommes prêts à être parents… Mécanisme de défense… Complexe tout ce qui se passe dans ma tête.

Pour mon acupuncteur, je ne suis pas stérile, juste infertile (nuance !) et une grossesse naturelle est encore possible. Très rare, mais pas impossible. Je m’accroche à cette idée mais je finis par me dire qu’il est trop bienveillant (sans doute a-t-il deviné que j’avais besoin de bienveillance pour être rassurée, d’où ses paroles).

Je lui ai aussi fait part de nos sérieux doutes quant à notre suivi, qui n’en est pas un d’ailleurs, avec gygyamp. Il m’a dit que c’était primordial de se sentir en confiance et a abondé dans notre sens lorsque je lui ai expliqué que nous allions changer de gynéco (et d’ailleurs, il connaît aussi notre future nouvelle doc’ , celle que nous verrons en juillet)…

Enfin, et je m’arrêterai là, encore merci à toutes pour vos mots / messages / mails. Cela confirme tout ce que nous pensions : nous allons, sans aucun regret, changer de gynécologue. Notre rendez-vous avec cette future doc’ est pris (depuis deux mois déjà). Nous la voyons la 2ème semaine de juillet. Evidemment, je vous tiens au courant !

Publicités

11 réflexions sur “Mon acupuncteur et moi : de 2006 à… 2012 !

  1. Pingback: Ma psychanalyste… et moi : déjà 142 séances ! | Lutine en PMA

  2. Pingback: Hier, c’était acupuncture ! | Lutine en PMA

  3. Coucou lulu!
    Je viens de tomber sur ce billet car je cherchais des infos sur l’IO et le tabac.
    Cela fait 14 ans que je fume, environ 15/jour sauf depuis l’annonce de mon IO (janvier 2013), je suis à 5/jour.
    Je culpabilise tellement mais tellement de ne pas réussir à arrêter et le pire ce n’est pas que je ne peux pas, c’est que je ne veux pas! C’est malheureux:(
    Une amie en IO sévère amh a 0,16 m’a annoncé sa grossesse hier (avec seulement stimulation gonal f) et elle ne fume pas biensûr..
    Avec du recul, tu penses vraiment que ça joue dans la qualité ovocytaire?
    Merci pour ta réponse et je pense à toi pour demain tu sais, on y croit:))
    Des bisous.

    • Je ne suis pas médecin, ma belle.
      Mais au fin fond de moi, et en tant qu’ancienne inconditionnelle du tabac, je suis intimement convaincue que cette s*loperie de clope a contribué à l’épuisement de ma réserve ovarienne…
      Merci d’y croire pour demain mais franchement, uns seul et unique embryon, ça relèverait du miracle qu’il soit arrivé au stade blastocyste notre petit embryon issu de mon seul et unique ovocyte de vieille.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s