Bilan à 3 ans d’essai

L’heure du bilan a sonné. En vrac et sans réfléchir :

– quatre ans d’amour -on s’est rencontré tard, c’est vraiment pas d’chance !- ;

– trois ans d'(de VRAIS) essais dont un an et demi en PMA ;

– cinq stimulations ovariennes au compteur, dont quatre IAC (inséminations qui ont donné deux débuts de grossesse et ont définitivement mis fin à mon état initial de nulligeste) ;

– deux grossesses non évolutives :

  1. premier +++ suite à IAC2 : une grossesse gémellaire arrêtée à 7.5 SA (hiver 2011),
  2. deuxième +++ suite à IAC4 : un début de grossesse qui s’est avéré être un œuf clair découvert et expulsé à 6.5 SA (j’en sors) ;

– cinq protocoles de stimulation au Gonal F 150 ui (environ 10 injections à chaque fois, bonjour les hormones), injections d’Orgalutran et/ou de Cetrotide et d’Ovitrelle à chaque fois ;

– des tas de prises de sang et échographies réalisées, des examens gynécologiques divers et variés effectués, une opération chirurgicale (retrait polype utérin), des médicaments / vitamines de toutes sortes (voie orale… ou pas…) avalés ;

– des litres et des litres de larmes versées, des heures et des heures d’attente perdues, des centaines de coups de fils passés pour obtenir des rendez-vous/les instructions, des réveils aux aurores pour la prise de sang + l’échographie du matin avant d’attaquer la journée de boulot (heureusement que je vis et bosse sur Paris !) ;

– quatre médecins vus : Gygy + Gygyamp + Gynéco3 + Number 4 (ce dernier est le seul à nous proposer une FIV vu mon IO !) ;

– une quinzaine de grossesses/naissances dans notre entourage en même pas un an (la stérilité est loin de toucher tout le monde et heureusement !) ;

– une inscription au CECOS => nous sommes candidats à un don d’ovocytes mais sans donneuse, l’attente est de presque quatre ans ;

– une réserve ovarienne qui s’affaisse… inexorablement ;

– cinq mois de blog, soixantième billet et de très très belles rencontres…

Publicités

41 réflexions sur “Bilan à 3 ans d’essai

    • Coucou ma belle. J’espère que tu te remets de cette grosse déception. J’espère de tout cœur que la prochaine sera la bonne pour vous. On n’a pas des parcours faciles… C’est le moins que l’on puisse dire, mais il faut continuer à se battre !
      Oui, nous avons pensé au don à l’étranger. Si nos tentatives (de FIV et d’IAC) restantes ne donnent rien, nous irons en Espagne, en Grèce… ou ailleurs…
      Mais nous ne nous sommes absolument pas encore penchés sérieusement sur la question.
      Professionnellement (devoir s’absenter… justifier…), financièrement (6000 euros au moins !)… je ne sais pas comment nous allons nous débrouiller.
      Il est vrai que je compte aussi beaucoup sur les copinautes pour me parler de leur expérience…
      Des bises.

      • Pour l’espagne temps d’attente très court (deux trois mois après l’inscription).
        En république tchéque les tarifs sont moindres (4700 euros). Délais pour obtenir un don, sont relativement court 4-5 mois.

      • Merci Irouwen pour ces informations. Elles nous sont cruciales et du coup, nous font réaliser que nous irons sûrement à l’étranger… Bises à toi et à tes trésors !

  1. Coucou ma belle… Bon, ça c’est du bilan !! Pas toujours évident, mais avec du positif aussi… Un couple solide qui traverse les épreuves (et punaise, elles sont dures en PMA), et puis aussi, des accroches, même si cela n’a pas tenu…. Donc un corps qui est prêt à ….
    Comme disait Lily, il y a l’étranger… Je sais pas du tout si le temps d’attente est aussi important…
    Gros bisous, et crois moi, 2013, c’est l’année de la génèse pour nous !!!!

    • 2013, « année de la fraise » avait dit je ne sais plus qui… et « année de la genèse » me plaît bien aussi !!!
      Merci pour ton soutien quotidien, ça me fait chaud au cœur, à chaque fois !
      Oui, il y a du positif car je ne suis plus nulligeste. Je rêve aussi de ne plus être nullipare !
      Le temps d’attente à l’étranger est d’un an, je crois… Mais je ne suis pas sûre…
      Bises ma belle. Et je n’ai rien décroisé, bien au contraire !

  2. Quand on se retourne et que l’on voit le chemin parcouru.. il y a de quoi avoir le tournis.. ou le malaise.
    Et puis, quand le succès est là, tout s’evole. Plus rien n’a eu d’importance.
    C’est ce qui doit vous faire tenir : tout ça c’est pour tellement de bonheur….
    Et je suis d’accord avec toi partager via un blog, quelle richesse !
    Je t’embrasse.

    • « Et puis, quand le succès est là, tout s’evole. Plus rien n’a eu d’importance » => Là, c’est l’expérience qui parle. J’aimerais tellement !
      Le pire dans la PMA, comme je le dis souvent, c’est de ne pas savoir. Perso, je suis prête à des années et des années de combat encore. Je suis prête à me battre encore et encore… mais j’ai si peur que ça soit « pour rien », « en vain ». J’ai si peur qu’on n’y arrive finalement jamais.
      Le fait de ne pas savoir, c’est ce qui est terrible !
      Mais bon, sans ce combat, pas de miracle non plus… Alors… C’est un peu le chat qui se mord la queue…

  3. J’ai une copine qui est en conctact avec une association qui facilite le don d’ovocyte avec la République Tchèque. Les cigognes de l’espoir je crois Là-bas, c’est moins cher qu’en Espagne. Et tu peu avoir un forfait de la sécu. 1500€, c’est pas grand chose mais c’est toujours ça de pris. Des bises.

  4. oui les coups d’oeil dans le rétro font souvent mal au coeur, mieux vaut les évite parfois et aller de l’avant. C’est quoi la prochaine étape avec Number 4? Pour le DO en Grèce, ça se fait en 2/3 mois une fois que ton dossier est validé, et pour nous ça a coûté 3 600 € en apportant les médicaments pour la donneuse et en étant adhérents à l’asso l’enfant de l’espoir (40€ annuel). après faut ajouter l’avion (800€ a/R pour 2) et le logement sur place (45€ par nuit). N’hésites pas si besoin ma lulu. Je sais que ces fausses couches sont difficiles à encaisser, c’est tellement douloureux. courage, je t’embrasse bien fort

    • Merci ma Lueur pour toutes ces informations ! Elles me sont précieuses.
      J’ai vu Number 4 pour faire un point et le revois là, dans une semaine. Il m’a prescrit une prise de sang pour vérifier mes anticorps… (rapport à mes deux FC / arrêts de grossesse). A partir de là, on voit ce qu’on fait. FIV ou pas…
      Ça avance tellement doucement. Le temps passe, ma réserve s’affaisse. J’ai hâte de refaire un bilan hormonal pour voir où j’en suis… Si ça se trouve, il ne me reste plus rien (AMH à 0.7 il y a déjà 7 mois…).
      Je t’embrasse en attendant de lire tes bonnes nouvelles, ma Lueur ENCEIIIIIIIIIINTE !!!

  5. Il y a un proverbe indien qui dit  » ne ramasse pas les cailloux qui t’ont fait tomber, ils t’ont déjà fait tomber ».
    Facile à dire. Moi j’avais 2 insem de plus à mon actif, avec aussi 2 fausses couches à 8 semaines. Allez, encore du courage, et pensez bien à Nietsche.
    Severine

  6. Ma lulu, perso, j’ai arrêté de compter … et encore plus de faire des bilans … En tout cas, en lisant le tien, je peux dire que ton bébé sera vraiment fier d’avoir une maman comme toi et qu’il aura beaucoup de chance de vous avoir toi et ton homme 🙂 Bravo pour ton combat, bravo de continuer toujours et encore. J’espère de tout coeur que tes efforts/sacrifices seront récompensés. gros bisous

  7. Le cap des 3 a été aussi passé pour moi, et vache que ça fait mal. Je me suis rendue compte que des copines célibataires à ma 1re fausse-couche seront mamans avant moi…pan dans les dents! Mais bon, on avance et on ne désespère pas. Des bises de Lulu à Lulu!

    • Ah oui, dans les dents, oui !
      Je sais ce que c’est… pareil par chez nous… Et je suis la seule infertile de mon entourage !
      Mais tu as raison, ça ne sert à rien de désespérer. Ça ne nous fait pas mieux avancer… Bises Lulu.

  8. Bonjour Lulu,
    Je viens de découvrir ton blog, dès le titre j’ai accroché … Je suis moi aussi en IO, à 30 ans avec déjà 2,5 ans de galère derrière moi… Autant dire que je peux comprendre ce que tu endures ..
    Cependant, après avoir fait plusieurs ‘stims simples’ chez mon gynéco, le centre PMA m’a directement orienté vers une FIV pour ne pas perdre de temps, j’espère vraiment que cela sera la solution pour toi !
    Je te souhaite beaucoup beaucoup de courage, on se demande souvent comment on fait pour continuer après tous ces échecs, ces désillusions mais comme tu l’as écrit « ce qui ne tue pas rend plus fort », c’est également une expression que j’afectionne particulièrement ….

  9. Risque pas que moi je fasse un bilan sinon je sombre…déjà quand je me lève le matin j’ai envie de pleurer (bon pas tous les matins quand même 🙂 mais j’ai mal à mon coeur quand je repense à la souffrance et la violence des mes fausses couche)
    Lulu on regarde devant soi et pas derrière oki ??
    Moi je suis heureuse de t’avoir rencontré ma copine IO…..
    Courage
    Bisous

    • Tu m’impressionneras toujours avec ta niac ! Suis contente de te lire par-ici. Tu te fais rare et je pense souvent à toi. J’espère que tout va bien…
      Je t’embrasse ma copine IO (et moi aussi je suis heureuse de t’avoir rencontrée) !

      • Je me fais rare mais je garde un oeil sur ton blog….je suis dans l’attente du TEC et j’ai la trouille malgré ma grande motivation et en plus c’est bientôt mon anniv alors je bloup un peu.
        Bisous ma Lulu

      • J’espère que la motivation va l’emporter sur la trouille. Cette dernière est même plutôt saine (dès lors qu’elle ne bouffe pas toute ton énergie, hein !). Je suis de tout cœur avec toi. Plus aucune galère pour ma copine de galère. Et pour l’anniversaire… je ne sais pas (plus) quel âge tu as mais arfff, comme je te comprends. Joyeux anniversaire (avec un peu d ‘avance, du coup). Des bises.

  10. Je reste sur la phrase de fin. Les bilans sont difficiles notamment avec des échecs et des moments difficiles cependant les voir et se les rappeler est nécessaire pour faire ses deuils et repartir . Petite choueuse moi gonal c était 300 ui par jour ;-))

    • Coucou La Vahiné !
      Oui, un jour, je nous souhaite de nager dans un bonheur tel qu’il nous fera « oublier » (on n’oublie jamais vraiment la PMA, mais bon…) toute cette souffrance.
      Bon courage à toi. Bises parisiennes…

  11. Bonjour Lulu j’arrive ici à l’heure du bilan… quel courage. Je te souhaite que la situation s’éclaircisse rapidement. Maintenant je te suis aussi. Et oui, comme dit Boule de Mousse ton bébé sera fier d’avoir une maman si courageuse 🙂

  12. Je découvre ton blog, merci pour ton témoignage. Effectivement c’est pas facile de faire un bilan pareil, mais il me semble que tu en tires le positif.
    Moi j’ai 28 ans, et suis en IO depuis mes 21 ans. Depuis 3 ans avec mon copain, j’ai depuis peu de temps le réel désir de devenir mère. Ma gygy me connait depuis mes 15 ans et j’espère qu’elle va bien m’accompagner dans les démarches. Je suis aussi suivie par un spécialiste de l’IO mais c’est un chercheur disons très pressé et pas vraiment dans l’empathie, donc plutôt expéditif j’ai trouvé. Il m’a fait passer pleins d’examens. Je sais par une biopsie que j’ai des follicules primordiaux mais pas de développement spontané.
    Bref, je viens de prendre rdv dans un Cecos mais j’appréhende. Je ne vis pas avec mon copain (on l’a choisi) et je crois que c’est un des critères. D’autre part je suis métisse, alors je ne sais pas si il existe beaucoup de donneuses de mon phénotype, en France ou même à l’étranger. C’est très difficile à vivre. Mon copain aussi en souffre mais n’en parle pas facilement.
    Ton témoignage me fait me poser la question de la FIV : aucun des médecins ne l’a envisagée avec moi du fait de l’IO…
    Je vais suivre ton parcours, et te souhaite le meilleur ^^

    S.

    • Merci Sandrine pour ton témoignage et tes mots…
      Je suis désolée d’appendre que tu souffres d’IO. Quelle plaie ! J’espère que vous réussirez, malgré les difficultés, à réaliser votre rêve.
      Malheureusement, IO et FIV ne font pas bon ménage. Nous nous battons pour pouvoir en faire au moins une avant le grand saut FIVDO…
      À bientôt pour les nouvelles ! Courage !

      • Salut Lulu,

        Désolée d’avoir mis un peu de temps pour répondre. J’ai fait un long voyage d’un mois en inde. Pas croisé de trans-genres pour me faire bénir (j’ai relu ça sur ton blog ça m’a fait sourire !)
        J’ai continué à suivre ton parcours. Vous avez l’air d’un couple vraiment soudé et courageux dans ce parcours difficile, c’est que je trouve le plus beau dans ton témoignage.
        De mon côté, on ne me laisse pas la possibilité de la FIV. J’ai une IO vraiment sévère avec un FSH dans les nuages. Je le sais depuis mes 21 ans comme je te disais. Du coup j’ai un parcours un peu atypique : on m’a annoncé que je suis stérile avant même que j’ai eu le temps de me demander si un jour je voudrais des enfants.
        Je fais partie d’un protocole de recherche sur l’IO. J’ai un traitement hormonal de substitution qui change tous les 4 matins parce que j’ai régulièrement des problèmes aux seins, la galère. Je fais ponctuellement des bilans, et j’ai eu une biopsie ovarienne qui a confirmé que mes follicules ne se développent qu’au stade primordial malheureusement. Contrairement à toi, j’ai toujours eu des cycles déréglés ou des aménorrhées , et mon IO n’a pas d’explication (RAS au niveau génétique et organique) et est qualifiée d’idiopathique donc.
        Aujourd’hui j’ai 29 ans, j’ai cheminé, je suis toujours en couple avec mon copain (presque 4 ans). Je me suis blindée. Moi aussi je suis passée par la case analyse (d’autant que je fais un métier où j’aide des gens en difficulté ce qui m’oblige à un travail sur moi).

        J’ai été à un premier entretien au CECOS de Cochin en tout début d’année. On a été reçus par une médecin biologiste très sympa qui nous a réexpliqué toute la procédure en France, l’attente, la donneuse à trouver pour soi-disant monter sur la liste d’attente (« c’est super vous avez une sœur ! » – no comment), la condition de vie commune de 2 ans (pff on vit même pas ensemble pour différentes raison : déjà on est bien comme ça à 10min l’un de l’autre, et puis parce que j’ai acheté un petit studio avant de le connaître et je ne peux pas m’en séparer tout de suite. Et financièrement, je ne peux pas repayer une location pour être avec lui tout de suite).
        En tous cas durant le rdv, moi j’étais bien au clair, j’avais bien potassé mon sujet, par contre, mon copain est beaucoup plus réticent à plonger dans cette aventure.
        C’était un moment difficile. Je me suis retenue de pleurer. J’ai beau savoir, de réentendre le diagnostic qui lui étais expliqué, ça touche toujours autant. mais c’étais bien qu’il entende ça d’un professionnel parce quand c’est moi qui explique il a du mal à tout saisir on dirait.
        Ça met même notre couple en péril et j’ai peur de le perdre à cause de ma stérilité. Bref j’ai pas beaucoup de confiance en moi en la matière et ça n’aide pas.
        Résultat des courses, il ne s’est rien passé depuis le rendez-vous. « On se laisse du temps ». On n’a pas finalisé le dossier donc on est pas encore sur la liste. On peut le faire quand on veut.
        Lui préfère se dire qu’après s’être laissé du temps, si on est vraiment vraiment décidés, on se renseignera pour l’Espagne. Moi je préfèrerais être quand même inscrite en France, ça coûte rien (enfin si lui ça lui coûte…)
        En fait c’est lui qui a besoin de temps et pour l’instant je le respecte. Donc stand by…
        Ma gynéco m’engueule presque de ne pas « le bouger », elle me dit aussi de donner une adresse bidon pour la vie commune. Elle me dit de ne pas attendre, que c’est maintenant ou jamais vu mon cas (et j’ai 29 ans !). Oui enfin bon je ne vais pas l’avoir toute seule si je l’ai ce bébé !!!
        Si on était prêts, je tenterais pleins de trucs comme toi (acupuncture, médecine chinoise, j’ai même pensé retourner en Inde pour une cure ayurvédique !). Moi aussi je suis cartésienne mais je me dis que notre médecine occidentale n’explique pas mon cas alors pourquoi pas.
        Voilà pour les nouvelles de mon côté.
        Tu vois, je n’ai pas forcément un couple assez solide encore pour envisager le d’on d’ovocyte tout de suite. Je l’aime alors j’attends qu’on chemine encore ensemble.
        D’ici 2014, je pense qu’on va pouvoir se poser la question de la vie commune si je peux vendre ou louer mon appart. C’est mon seul objectif pour l’instant.

        Je t’envoie pleins d’ondes positives pour ta FIV à venir et je vais suivre tes démarches pour la FIV DO si tu en arrives à cette option.

        A bientôt peut-être.
        Sardine.

      • Merci Sardine d’être revenue me donner de tes nouvelles.
        Même si c’est compliqué, je vois que les choses avancent, malgré tout, par chez vous…
        Le don est une réelle chance pour des infertilités/stérilités comme les nôtres.
        Ton chéri a juste besoin d’un peu plus de temps que toi. C’est compréhensible. Il ne vit pas ce chamboulement dans son corps…
        Courage pour la suite. A bientôt. Bises.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s