Quand notre CECOS parisien s’invite dans notre boîte aux lettres…

Il y a un an et demi, nous nous rendions à notre CECOS parisien pour nous inscrire sur la longue liste d’attente des couples demandeurs de don d’ovocytes.

Le médecin qui nous avait reçus avait alors annoncé un délai d’attente de plus ou moins 5 ans.

Nous avions tu notre projet de partir à l’étranger dans le cas, plus qu’hypothétique, où ce délai serait (pour une raison insoupçonnée et avec une chance plus qu’improbable) raccourci.

Nous avons eu le temps de faire 2 allers-retours en République Tchèque et, à un peu plus de 2 mois de mon terme, je reçois -étonnée- un courrier dudit CECOS nous informant de l’augmentation « déraisonnable » de leurs délais de prise en charge liée à une « pénurie massive de donneuses » … « incompatible avec votre projet initial »

On ne nous apprend rien, c’est sûr.

Tous les couples confrontés à la PMA avec don d’ovules en France ne savent que trop bien que les délais sont juste inenvisageables. Surtout qu’un couple dans notre situation ne peut bénéficier d’un DO qu’après avoir tout tenté ici, c’est-à-dire après avoir déjà essuyé plusieurs années d’attente, d’échecs et de désillusions.

Là, les 5 ans d’attente n’ont même plus lieu d’être puisque qu’on nous dit clairement qu’en plus du deuil d’un enfant issu -pour moitié- du patrimoine génétique de la mère, le couple doit aussi renoncer à celui de l’enfant tout court. Du moins, en France.

Encore une fois, je trouve triste et déplorable la situation dans laquelle notre pays se trouve.

Trop de couples se voient, comme nous, contraints de quitter le territoire national pour bénéficier d’un don de cellules dans des délais acceptables.

Alors, je remercie du fond du coeur toutes les donneuses de cellules reproductrices, en France et ailleurs, de permettre à des couples comme nous d’être les plus heureux du monde.

Et vive le don !

 

Publicités

44 réflexions sur “Quand notre CECOS parisien s’invite dans notre boîte aux lettres…

  1. J’en reviens pas qu’un tel cataclysme arrive par courrier… C’est hallucinant. Est ce qu’au moins dans ce courrier il propose un échange pour permettre d’envisager des solutions ailleurs (c’est stupide de jouer à l’hypocrisie quand il s’agit de vies et de projets d’avenir) ? et un soutien psychologique ? et éventuellement le rattachement à un autre CECOS ?
    Bon, je ne sais pas si OPK est compatible, mais j’espère que dans quelques années je pourrai faire ce précieux don, d’autant que mon conjoint compte le faire aussi. Si le doute s’installe, alors je relirai cet électrochoc de billet, et les trop nombreux écrits et blogs sur les couples qui pâtissent de cette situation…
    Des bisous

    • Des solutions ailleurs ? Non… Parce qu’ils savent que c’est peine perdue, sans doute. Je crois que c’est partout -plus ou moins- pareil, en France.
      Alors, si : ils spécifient dans le courrier qu’ils peuvent nous « recevoir en consultation pour en discuter de vive voix »… … …
      Merci de penser à donner à ton tour… Je t’embrasse.

      • Oups, j’ai mal précisé… En disant « ailleurs », je sous-entendais orienter vers le don à l’étranger… (stopper « l’hypocrisie » en somme).
        Ouf, un rendez vous de visu est proposé…
        L’homme compte donné, et moi de même, et malheureusement on n’y avait pas songé avant la PMA…
        Des bisous

      • Non, l’étranger n’est pas du tout mentionné… Tu te doutes bien !
        Le RDV est proposé, c’est vrai, mais quelle solution alternative ?
        Nous non plus (enfin mon homme, car moi, des gamètes, je n’en ai plus hein !), nous n’avions pas songé à donner avant d’être concernés…

      • Je me doutais bien… On sait, mais on dit pas, ben si ca c’est pas hypocrite… J’espere qu’on pourra donner. En tout cas heureusement que vous avez pris les devants, vous etes battus pour qu’auj’ tu sois à quasi deux mois d’une dpa 🙂 !

      • Ah ca… !
        Oui, vous pourrez. Et même si vous pouvez pas, cest (aussi) l’intention qui compte !
        Oui, cest complètement dingue. Je vais bientôt accoucher…
        Moi. Lulu.
        Ça me paraît encore tellement inespéré, irréel. Mais toi d’abord ! Et pas trop tôt, hein.
        (T’as changé d’adresse mail ?).

  2. C’est fou ce courrier.
    Et mon gynéco qui semblait me dire à notre dernier rdv que non l’attente en France n’est pas si longue que ça. Ça m’irisse le poils…
    Rien à voir, je t’ai envoyé un petit mail que tu n’as pas du voir. Je voulais savoir qui est ton gygy parisien, et s’il a fait votre suivi français dans le cadre de vos démarches en RT. Je te remercie d’avance pour ton aide.
    Bisous

  3. Donc après deux ans d’attente (enfin selon ce qu’ils savent) on vous dit juste « ai revoir et merci » ???? Mais pourquoi ? Comment?
    Ils lancent une campagne et en même temps vous virent des listes ? Selon quels critères ????

  4. Malheureusement ce n’est pas propre à Paris… Je réalise la « chance » que j’ai eu que, sans doute aussi parce que je bosse dans le même hopital, on m’ai tout de suite orienté vers l’étranger et pris en charge sans aucun souci pour la préparation et le suivi du DO. C’est quand même incroyable la façon dont les choses se font, tu as l’impression qu’on t’annonce que ton grille pain violet n’est plus disponible, désolé ma p’tite dame, pas que tu ne vas sans doute pas avoir d’enfant😬 heureusement que cela arrive maintenant! Bizz

    • Nous avons aussi été orientés vers l’étranger et pris en charge sans aucun souci pour la préparation et le suivi.

      L’inscription au CECOS était juste (on peut tjs rêver ») dans le cas si peu probable qu’une place se libère assez rapidement dans la longue liste d’attente… dans le cas aussi où ça n’aurait éventuellement pas du tout « marché » à l’étranger…
      Bref, sans doute une façon de se dire qu’on a tout tenté, tout fait.

      Oui, heureusement que cela arrive maintenant… Quand je déborde de bonheur et de joie ! mais je pense à tous ces couples qui restent sur le carreau…

  5. Si je mène mon actuelle grossesse à terme, c’est déjà décidé, je marraine un couple en besoin pour donner mes ovocytes. Ce sera un entraînement; si tout va bien et que j’en veux un deuxième, ce sera très sûrement avec une FIV !

  6. Tandis que moi dans la région les délais semblent plus raisonnables. Ils affichent encore deux ans au premier entretien. Bon, après on peut dire que même si on reste en contact avec le CECOS, c’est long tout le côté administratif et législatif en lien avec l’accès au don.
    En te lisant, je me dis que je rêve peut être, lorsque je pense que si pour nous, la FIV DO se fait en France, cela serait pour le semestre à venir.

  7. 😔 j’espere que je pourrais encore donner une fois le moment venu… Et j’essaie de sensibiliser mes proches car je trouve inadmissible qu’au bout de 2 ans d’attente, on vous dise « ah mais en fait, non ». Tout ca, sous le faux pretexte juridique qu’on ne dispose pas du corps humain. Il y a des exceptions pour tout, alors pourquoi pas en cette matiere ? Cela permettrait egalement de faire un pas vers la GPA, bordel. Bref, ca me nerve.

      • Oui, oui, vaste débat !
        Et non, pas encore la fin des nausées. Je sens que c’est plus qu’une questions de temps (elles sont bien moins fortes et ça va bien mieux en journée, mais elles rappliquent le soir)… enfin, j’espère ! et pour toi, comment ça va ?

      • Tant mieux si elles sont moins fortes. Bientôt, elles disparaitront… pour laisser place à d’autres -petits- maux… que je suis sûre, tu sauras apprécier 🙂
        Moi, je suis toujours sur mon nuage… Je ne mens pas quand je dis que je suis la plus heureuse du monde.
        Tu vas rire, mais je suis déjà tellement nostalgique de ma grossesse… Déjà 7 mois. Bientôt la fin d’une grande étape et le début d’une autre.

      • Mais tu as raison d’etre sur ton nuage ! J’espère te suivre 🙂 profite des derniers mois comme il se doit et viens vite nous présenter ton petit bout. Comme tu le dis, bientot le debut d’une autre sacrée étape !

  8. je me suis faite refoulée en tant que donneuse… les médecins n’ont pas cherché plus loin pour aider les couples et les contacts que j’ai eu avec le cecos ont toujours été très décourageant. Une donneuse est reliée a seulement 2 couples. Je leur ai informé que je suis porteuse du gène de la mucoviscidose et que si « l’homme receveur » était testé et non porteur il n’y a pas de transmission de maladie. Le premier médecin rencontré avait l’air ok pour cette pratique; le deuxième m’a envoyé balader en deux secondes (alors que je venais de faire une heure de route). « mais vous vous rendez compte si on commence par tester ce genre de chose… » Mon mari avait fait le test, en 3 semaines c’était réglé…. Alors que s’ils ne testent pas ce genre de gène, ils ont pu le transmettre à des couples et des enfants issus du don peuvent être malade. C’est dommage…. je trouve qu’ils ne sont pas aller plus loin pour aider les couples en attente… au contraire connaitre l’existence de ce gène permettait d’éviter une maladie, c’est toujours ça de pris non!

    De plus ils ont été très décourageant : très dur de les avoir au téléphone, j’ai du laisser sonner dans le vide très longtemps pour que quelqu’un décroche, ça avait du lui taper sur le système ! Puis on me dit que c’est mieux que je fasse mon deuxième enfant car il y a des risques de stérilité, ça fait peur et j’hésite…. Je continue la démarche. La psy me conseille aussi de faire ma famille et de penser à moi….
    bref ça donne l’image de personnes qui ne veulent pas travailler!!
    J’ai été déçue de ne pas aller plus loin et même vexée….
    alors que dire de ce courrier…. je garde un mauvais souvenir du cecos, alors ça ne m’étonne pas!
    bon courage à tous les couples en attente

    • Merci pour ton témoignage, Poussinnee, et bravo d’avoir… essayé !
      Je ne sais pas trop quoi te dire…
      Je trouve scandaleux, qu’on soit ou non en pénurie de donneuses, un tel manque d’empathie…
      Être porteur d’un gène comme le tien, s’il n’empêche pas le don, devrait être plus que pris en considération.
      Je sais qu’en RT des analyses poussées sont faites sur les donneuses. J’ose encore espérer que c’est aussi le cas en France.
      On devrait faciliter le circuit du don. Inciter à donner, c’est bien. Mais encore faut-il donner les moyens de le faire.
      En tout cas, bravo et merci à toi !

      • Oui, tout va bien! 🙂
        Même si mon cerveau n’a toujours pas assimilé que dans quelques jours la puce sera là EN VRAI!

      • Je comprends si bien. Oui, elle sera là, en vrai de vrai !
        Perso, j’ai réalisé que j’étais vraiment enceinte surtout la semaine dernière… en observant cet énooooorme ventre qui a été si longtemps si vide… Des larmes de joie, encore et toujours. Tous les jours.
        Belle dernière ligne droite à toi.

    • Effectivement, je n’ai jamais eu de doute quant à partir à l’étranger pour bénéficier d’un don, vu le contexte… (par contre, si on m’avait dit qu’au printemps 2015, on allait être 3, je l’aurais pas cru !!!-).

  9. Heureusement que tu n’as pas attendu que ça se débloque. C’est vraiment une honte. Les campagnes de recrutement des donneuses font peu de bruit, limite on trouve ça suspect. Les iacs par dons de sperme se font depuis des décennies et chaque fois que j’ai parlé de don d’ovocyte on m’a répondu: ‘c’est légal en France?’. Les couples qui ont eu des enfants facilement se fichent globalement de ceux qui galèrent. Même la fiv est suspecte. ‘Moi, si ça m’était arrivé, j’aurais refusé les traitements, j’aurais adopté’. Ah ouais? Mais tu vois cocotte, ça aussi c’est impossible aujourd’hui…et puis tu aurais fait comme tout le monde…merci les femmes tchèques, espagnoles et autres…qui donnent, merci aux médecins de nous accompagner. On y arrive souvent tout de même mais ce qui est sûr c’est que dans ce pays il y a une grande inégalités entre les régions, la circulation de l’information, les bonnes adresses ne sont pas connues de toutes, il y a aussi le coût financier…bref, bravo à toutes celles qui se sont battues et qui sont comblées aujourd’hui.

    • On a eu la chance de pouvoir avoir l’option RT.
      Je pense à tous ces couples qui ne peuvent pas… Ca me tue…

      Merci pour ton commentaire.
      Tu soulèves là des points très intéressants…
      Les ignorants auront toujours des choses à dire. Ce qui compte, c’est d’être en harmonie et cohérence avec soi-même et ses choix.
      Perso, si tout ceci était à refaire, je le referais ! VIVE LE DON !!!

  10. Salut Lulu,

    tout d’abord je ne vais même pas commenter le manque de tact (pour rester polie) de ce genre de courrier… Ou comment livrer à domicile l’anéantissement des rêves d’une vie…

    J’espère aussi que le don d’ovocytes va augmenter. Comme je dis toujours à mon chéri, si nous n’étions pas nous-mêmes demandeurs de nos propres gamètes trop peu nombreuses et performantes pour nous permettre d’espérer une grossesse spontanée, je pense que je ferais don d’ovocytes. Mais je suis bien consciente que si j’y pense justement, c’est parce que je suis en parcours AMP, alors que si j’étais dans le cas d’une femme sans problème d’infertilité, je ne serais même pas au courant de cette pénurie d’ovocyte. Et donc je ne penserais pas à faire un don. CQFD, il manque peut-être (sûrement, cruellement) de communication à ce sujet !

    Merci de rendre le monde plus attentif à ces besoins !

    Bisous et bonne continuation, ça approche, ça approche cette rencontre !!!

    • Heureusement que j’ai le ventre plein car je pense que j’aurais été dévastée, une fois de plus.
      Nous savions qu’en France, ce serait plus que compliqué, mais de là à se retrouver avec un refus total… !!! Non, vraiment, c’est trop dur.
      Je mesure d’autant plus notre chance, là, maintenant que ça a enfin marché pour nous… et ne peux m’empêcher de penser à tous ces couples en attente…
      Oui, on manque cruellement d’info. Pareil que toi, si je n’avais pas été confrontée à l’infertilité, je n’aurais jamais su ce qu’était un don d’ovules ! Je l’ai appris avec mon IOP.
      Comment vas-tu ?

  11. une de mes patientes a eu un petit gars grâce à un don de sperme ( en Espagne). Elle voulait  » renvoyer l’ascenseur », elle n’a aucun problème. Elle avait 36 ans, l’âge limite c’est 37. Déjà un enfant, et pas besoin d’avoir l’accord du conjoint, vu qu’il s’agit d’un donneur ( et accessoirement la conjointe était ok).
    On l’a envoyer bouler sans autre forme de procès.
    En plus d’une pénurie, si on refuse les rares donneuses….

  12. Pingback: Don de spermatozoïdes et d’ovocytes : la nouvelle campagne radio de l’Agence de la biomédecine | Le blog de Lutine en PMA - VIVE LE DON !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s