« Toutes les femmes ne sont pas logées à la même enseigne… »

C’est le genre de phrase qu’il m’arrivait régulièrement de prononcer quand, des gens qui ne nous connaissent pas, me/nous posaient la question « et vous, vous avez des enfants ? ».

Une réponse négative de notre part entraînait bien souvent un « ah bon, vous n’en voulez pas ? » ; ce à quoi, je rétorquais : « toutes les femmes ne sont pas égales face à la nature/fertilité… »

Samedi soir, c’est moi qui, pour la première fois, me suis entendu dire cette phrase qui m’arrachait le coeur quand je la prononçais moi-même… et qui m’a arraché le coeur quand je l’ai entendue de la bouche d’une femme chez un couple d’amis. Elle est restée très discrète sur son parcours pensant sûrement que ça ne servirait à rien d’en parler (elle ne pouvait pas s’imaginer que nous étions passés par la case AMP en France et à l’étranger…) mais j’ai compris. Les PMettes -même si j’ai la grande chance d’être passée « de l’autre côté »- se comprennent entre elles.

Je me suis revue. Les longues années d’attente et de galère ont défilé devant mes yeux.

Que pouvais-je lui dire ? Ce qu’on m’a tant de fois dit et répété « ça viendra » ou « continuez » ou alors « ne perdez pas espoir, vous y arriverez » … phrases, pour l’anecdote, qu’on a d’ailleurs à force fini par ne plus nous dire.

Je n’ai pas pu lui dire de persévérer.

La PMA est une véritable tombola.

Je suis pourtant de ceux qui pensent que la persévérance augmente les chances d’y parvenir. Mais ça peut aussi, et plus souvent qu’on ne l’imagine, ne pas fonctionner.

J’ai senti dans son regard l’envie (pour ne pas dire la frustration) que je ressentais si fort quand je voyais tous ces ventres facilement arrondis.

Alors, je lui ai dit. Tout dit. Bien plus que ce que l’on dit à une personne que l’on ne connaît pas -j’ai du mal à me contenir quand l’occasion se présente, comme ici, ou quand on me lance sur le sujet…- : toutes les tentatives, les fausse-couches, les espoirs et désillusions, les (presque) 6 années entre le moment où la décision a été prise de fonder notre famille et celui, tout proche désormais, où nous prendrons enfin notre fille dans nos bras. J’ai eu besoin de me justifier. Comme pour lui demander pardon. Car je connais la puissance et l’intensité de cette souffrance.

Et son visage s’est transformé. Son regard a changé.

J’ai deviné que je n’étais plus celle qu’elle croyait que j’étais à savoir, une femme enceinte, comme toutes les autres… mais une femme enceinte qui la comprend et qui est passée par là.

Combien de fois ai-je supplié la vie de nous apporter ce cadeau de la vie… ? J’ai été exaucée.

J’espère toujours aussi fort pour vous qui attendez… comme j’espère aujourd’hui pour cette jeune femme.

Publicités

33 réflexions sur “« Toutes les femmes ne sont pas logées à la même enseigne… »

  1. J’ai lu ton post en attendant ma énième prise de sang au labo. Pour une fois, juste les sérologies, pas de stress de l’attente du résultat positif ou négatif. Mais je comprends que tu aies eu ce besoin d’en parler. J’aborde moi-même le sujet auprès de collègues que je connais suffisamment pour les considérer comme des amis. Et je découvre que beaucoup ont eu notre parcours, avec des réussites ou des échecs. Je reçois le même regard chaleureux des femmes qui sont passées par là. Cette expérience crée des liens énormes entre nous, et la « blogosphère » le démontre d’ailleurs…
    Plein de belles choses pour la suite et merci de penser encore à celles qui attendent, ou qui doivent faire le deuil.

    • Absolument !
      Et personnellement, je n’attends pas de forcément bien connaître les gens pour en parler. Je veux dire que même en dehors de nos amis proches et/ou de notre famille, beaucoup sont au courant.
      La PMA laisse des traces indélébiles. Elle fait partie de notre parcours, de l’histoire de notre fille… même si ça ne fait pas tout, ça prend/a pris une place très grande dans nos vies.
      Et puis qui mieux que nous pour en parler, pour sensibiliser ?
      Bien des pensées.

  2. C’est très généreux de partager ainsi ton intimité. Nul doute que cette femme est repartie plus optimiste qu’en arrivant 🙂 Un exemple concret qui donne espoir loin des éternelles légendes urbaines de la pma…

    • Merci chapi chapo de passer par ici. Je suis tjs touchée de te lire toi ou les autres combattantes. Et que je le veuille ou non, je pense tous les jours à toi, à vous, à notre parcours…

  3. Oh que je te comprends moi même je n’hésite pas à en parler. Ce parcours fera parti de note vie a tout jamais même si aujourd’hui je n’en retiens que le meilleur…qui fait d’ailleurs sa sieste dans la pièce d’à côté 😍. Vive le don

  4. Même si tu n’as pas de baguette magique pour elle, quel beau moment de confidences, de compréhension mutuelle, d’espoir donné, de soutien ! Tout dire dans ces situations, oh que oui, car assurément elle ne s’est plus sentie en retrait, isolée, différente en t’écoutant, en papotant avec toi… C’est pas un besoin de justification, c’est la simplicité d’échanges sur des épreuves de vies communes. Je suis ravie tant pour elle que toi de cette soirée ! Des bisous

    • Je me suis si souvent sentie seule et en décalage par rapport au monde des fertiles (et même des PMettes souvent…) que je n’ai pas su tenir ma langue. J’ai tout dit… Et plus je parlais, plus je sentais de l’apaisement chez elle…
      Bises à toi et à ton chéri 😉

    • Je suis bien contente pour toi que ta 1ère FIV ait été la bonne.
      Car ça laisse de véritables séquelles… Au moins, tu as été (un peu) épargnée par le pire.
      Mais bon, parcours court ou long, même combat : on aurait toutes aimé ne pas entrer en PMA et faire des gosses -comme presque tout le monde- dans un pieux !
      J’espère que tu savoures ta grossesse.

    • Héhéhéh, madamepimpin, ça faisait lgtps !
      Allez, rien que pour toi : mes cheveux sont tjs aussi beaux !
      Hier, une amie m’a dit : « tu es faite pour être enceinte ! ».
      ❤ ❤ ❤

  5. Ouah! Moi je fais pareil… Dès que j’ai l’impression qu’elle essaye, qu’elle envie le fait d’avoir des enfants ou le ventre rond (avant), je dis tout de suite… Le parcours… Et ça aide… C’est ce que j’aurais voulu entendre quand j’essayais…

  6. Je suis d’accord avec toi; il faut en parler c’est notre histoire, c’est ce parcours nous a permis d’avancer , de nous construire et il ne faut pas s’en excuser même si cela n’a pas marche …

    • Oui, c’est aussi, d’une certaine façon, un peu l’histoire des enfants issus de PMA… Même s’il ne faut pas tout le temps se focaliser sur les difficultés de conception, ça reste un élément clé de l’histoire familiale…

    • Ahhh oui, cette immense solitude, combien de fois l’ai-je vécue ?
      Combien de fois l’as-tu vécue ?
      La roue tourne, la roue a enfin tourné…
      Bravo à ton Plumeau pour ses exploits !

  7. Juste un petit coucou en passant Lutine… je repense à toi à cette soirée il y a presque trois ans, et suis très contente de te savoir aussi heureuse à présent! Bises

  8. J’ai adoré ton article, parce que je m’y suis reconnue et que j’ai ressenti tout ce que tu as pu ressentir. Déjà que je communiquais beaucoup sur notre infertilité avant le miracle, maintenant, c’est pire. Je me dis tout le temps quand je rencontre des gens de nos âges sans enfant (on commence à être avancés en âge) qu’ils ont aussi peut-être des difficultés et j’évite de dire que je suis enceinte ou de parler de ça maintenant que ça commence à se voir. Si l’occasion de présente, je voudrai être signe d’espoir pour ces PMettes, comme tu l’as été pour moi par exemple, ou pour cette femme rencontrée dernièrement. J’espère que tout roule pour toi 🙂

    • Merci Marivalou.
      Je ne sais pas si je représente un espoir. Pourtant, j’aimerais.
      Tu sais, pendant nos essais, quand les unes et les autres y parvenaient, j’avais du mal à me dire que ça finirait aussi par marcher pour nous.
      Je ne voyais jamais en la réussite des autres notre possible réussite.
      Je focalisais sur mon IO et une fois la décision prise de passer en don, je focalisais sur les pbs d’implantation liées aux NK…
      Bref, c’est compliqué tout ça…
      Oui, tout roule par ici. Je suis ENORME mais paraît que j’ai pris que du bide (ce dont je doute).
      Je savoure mes tous derniers instants avec ma fille. Comme ça a passé vite, comme je suis nostalgique de cette si merveilleuse grossesse…
      Tout est prêt pour l’accueillir comme il se doit.
      Et toi, ça va ?

      • Je suis heureuse de te savoir heureuse et sereine. En tous cas, tu en donnes l’air. Mais si, tu représentes un espoir… il m’est arrivé souvent de penser à ta grossesse pour me donner la gnak… J’étais un peu comme toi durant notre parcours à me dire que mon cas était unique, et j’avais du mal à croire que ça pourrait un jour marcher pour nous (aucune nidation après 8 blasto top du top transférés, autant te dire que les médecins n’ont pas du en voir beaucoup).
        Je suis sûre que tu n’as pris QUE du ventre (même si c’est pas vrai, on s’en fout, nous on s’en convainc). Plein de bises (et oui, je vais bien, merci 🙂 ).

      • Oui, je le suis. Tellement, tellement heureuse et reconnaissante !
        La roue a tourné pour nous et j’espère qu’elle tournera pour celles qui attendent encore…
        8 blasto, waouhhh… On n’a JAMAIS eu, nous, de blasto (avec mes gamètes, hein).
        Il était temps pour vous aussi… Bises et super si tu vas bien !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s