Du neuf : en route vers « IAC 4 bis bis » avec « Gynéco3 » !

Avec la PMA, on n’est jamais à l’abri de bonnes comme de mauvaises surprises. Rien n’est jamais acquis, rien n’est figé. Tout bouge. Rien n’est su d’avance. La PMA peut rendre n’importe quelle nana « stable », « posée », « patiente », « zen », « optimiste »… complètement chèvre !

Vous auriez vu nos têtes au moment de la consultation du résultat de ma prise de ma prise de sang ! Taux à 1 comme je l’annonçais. La loose donc, la vraie loose. Pas même 5 ou 10, non, 1. Et pas même une once de début d’accroche. Rien, nada. Je suis définitivement stérile. Je le sais désormais, je le sens… et je l’accepte.

Avec la tristesse des résultats de cette prise de sang et mon corps qui m’a, pour la première fois de ma vie, complètement trahie (retard de 9 jours, nausées, douleurs aux seins, boutons, dents sensibles… bref, tous les symptômes de ma 1ère -et sans doute dernière- grossesse « avortée »), je ne savais que penser. Ma 4ème stimulation ovarienne, soit la première sans insémination (mois d’août oblige), s’est, elle aussi, soldée par un échec.

Pourquoi un tel retard (moi qui suis réglée comme une pendule habituellement) ? Depuis mon arrêt de grossesse, la durée de mes cycles a, certes, diminué (passage de 28 à 26 jours), mais jamais je n’avais eu autant de retard…

En bonne PMette, lorsque nous avions vu notre Gynéco3 (ça y est, je lui ai trouvé son nom !) pour un dernier avis en juillet, j’avais eu la bonne idée de prendre un rendez-vous à l’avance pour le 30/08 (donc hier) histoire de bien débuter la reprise et pour anticiper un éventuel souci. Ben j’ai bien fait ! Vous remarquerez mon grand sens de l’anticipation des poisses !

Figurez-vous que ce rendez-vous-ci s’est aussi très bien passé. A peine arrivée dans son cabinet, j’ai compris que DEFINITIVEMENT, c’en était fini avec gygyamp.

Pour des tas de raisons. Je n’ai d’ailleurs toujours pas de nouvelle d’elle sachant qu’elle a eu mon résultat de BHCG ainsi que les résultats de la prise de sang et de l’échographie à J3 de fin juillet (oui, fin juillet !) qui lui avaient été faxés par le labo et le centre d’imagerie. Silence radio encore et toujours, c’est dingue ! Je me demande même si en m’étant obstinée à ce point à me demander si je faisais bien de changer de gynéco, je n’étais pas (un peu) dans une spirale masochiste… En effet, jusqu’à hier matin encore, je me demandais si changer de gynéco était une bonne chose. Et bien là, enfin, je me sens en totale confiance avec un professionnel de la PMA. Mes doutes se sont envolés. Avec gygyamp, c’était toujours le coup de flippe avant de passer un coup de fil, toujours la crainte de tomber sur cette secrétaire si mal-aimable (je suis très polie, là !) qui, à chaque fois que tu poses une question, te fais sentir que t’es qu’une demeurée (là aussi, je suis trèèèèèèèèèès polie !).

Je ne dis pas que l’espoir est revenu. Gynéco3 ne fera pas de miracle, faut pas se leurrer et j’ai une chance infinitésimale d’être enceinte avec ces follicules/ovocytes de m… Elle me l’a dit. Je l’accepte. Je ne suis pas au pays des Bisounours, mais je veux une vraie relation de confiance, de sérénité (autant que possible dans le cadre d’un parcours aussi compliqué que la PMA). On a à nouveau parlé don d’ovocytes. Plus de doute. C’est elle qui rédigera notre courrier pour le CECOS.

Peu importe les détails de la consultation. Tout ce que je peux dire, c’est qu’elle m’a, cette fois encore, gardée une bonne demi-heure (et reçue à l’heure !!!), a répondu à toutes mes questions. Pour rappel, avec gygyamp, c’était 3 minutes top chrono (et 10 pendant les inséminations !) avec toujours ce sentiment de frustration. Je crois qu’il n’y a rien de pire que de sortir d’une consultation encore plus éprouvée qu’on ne l’était avant même d’y entrer… Je pense que là, j’aurais enfin un interlocuteur pour l’interprétation de mes résultats (prises de sang, échographies…).

Voici notre protocole (au vu de l’échographie, mon corps est prêt) :

1/ On se détend. Les IAC ont très peu de chances de marcher, certes. Mais si, par miracle, ça marchait ?

2/ Ce soir (suis à J3) : Gonal F 150 de J3 à J8. C’est mon homme qui me fait les injections et il est le Dieu de la piquouse, mon infirmier à domicile à moi 😉

3/ Mon homme doit refaire tout un tas d’analyses / sérologies : spermogramme, spermoculture…

4/ A J9 : prise de sang pour dosages hormonaux + échographie endovaginale pour monitorage de l’ovulation (j’ai pris rdv pour jeudi 6 !). Selon les résultats, on continue -ou pas- le Gonal.

5/ Ensuite, selon les instructions du cabinet, à partir de J9, direction l’infirmière pendant (peut-être) 5 soirs pour les injections de Cetrotide et de Luveris (jamais utilisé ce dernier, apparemment, ce serait pour améliorer mon taux de LH extrêmement mauvais !?!). Sinon, pour le blocage, mon homme me faisait les injections d’Orgalutran… Tant pis, ça sera une infirmière. J’espère que le Cetrotide ne va pas me fiche en l’air la qualité de mes infimes follicules.

6/ Ovitrelle.

7/ IAC 4 bis bis (enfin !!!).

Voilà, je commence donc ce soir ma 5ème stimulation ovarienne en vue de mon IAC 4 bis bis.

Je sais qu’on sera parents un jour. Sûrement grâce à la FIV-DO d’ailleurs.

Le gâteau sans la cerise, c’est délicieux aussi !

Notre réflexion avance… Chaque jour un peu plus, tout doucement, sans même que nous nous en rendions compte finalement ou que nous y songions et cherchions à trouver des solutions ou une issue. L’avenir, nous le voyons enfin lumineux. Nous avons pris conscience que nous avions de fortes chances de devenir parents si nous faisons appel au don d’ovocytes. Ça n’est pas un pis-aller, du tout. C’est intégré, réfléchi, assumé.

Les inséminations ne donnant rien et ma qualité ovarienne étant ce qu’elle est, continuer absolument à espérer un enfant biologique n’a pas de sens, n’est pas raisonnable. Nous avons décidé d’aller au-delà et avancer dans notre parcours. Ce parcours est à la base très compliqué, douloureux et sinueux, alors à nous de le rendre un peu plus doux, moins traumatisant et tortueux. Nous sommes réalistes mais nous gardons tout de même les portes ouvertes et continuerons les inséminations (j’espère en octobre -si l’état de mes follicules permettent de commencer la stimulation ovarienne-).

Quant aux FIV -la ménopause guette-, mes ovocytes étant si paresseux qu’aucune ponction ovocytaire (encore faudrait-il que j’en développe suffisamment !), ne peut être envisagée. Ceci dit, pour la parenthèse, j’ai quand même envie de demander un 4ème et dernier avis, histoire de ne jamais rien regretter… mais ça, c’est une autre affaire, j’en parlerais sûrement plus tard.

Pour le reste, l’adoption, aujourd’hui (je dis bien aujourd’hui car en PMA, on avance, on recule, on change d’avis, on doute, on rechange d’avis…), pour nous, il en est hors de question. J’ai toujours été admirative de ceux qui ont réussi à passer ce cap. Moi, j’ai besoin de vivre une grossesse, de porter mon enfant, de le sentir bouger en moi, de savoir qu’il s’alimente par mon intermédiaire. J’ai envie d’avoir des nausées, d’être fatiguée, de me plaindre parce que je ne pourrai plus marcher… Et comme j’ai déjà eu un avant-goût de ce qu’est la grossesse, je pense qu’être maman en passant par le don d’ovule est pour nous la meilleure des solutions. Et ça y est, j’ai rejoint mon homme. Nous avons désormais le même avis sur le DO.

Quand je pense qu’il y encore quelques mois, je tenais encore des discours du type : « il n’aura pas mes gènes« , « il ne me ressemblera pas« , « il n’héritera rien de moi« . Je réalise combien c’est faux, combien j’ai avancé, mûri. Ce ne sont pas les gènes qui font un être, c’est tout le reste, l’environnement dans lequel il évolue. Avec un papa comme mon homme et une maman comme moi, il sera déjà chanceux dans la vie. Je suis fière de moi. Oui, ça fait prétentieux tout ça, mais j’m’en tape ! Je ne tairai rien, je dirai à notre enfant, dès qu’il sera en âge de comprendre, combien nous l’avons attendu, désiré (sans lui faire porter le poids de ce bébé miracle si chéri et parfois même fantasmé… j’y travaille aussi). Je lui dirai qu’il est arrivé illuminer nos vies grâce à une fée…

Alors voilà, comme nous avons droit à 10 stimulations ovariennes au cours d’une vie et comme j’en suis à 3, il nous reste encore à tenter 3 autres inséminations et 4 FIV-DO.

Tout ceci va être long, très long. Notre rdv au CECOS est prévu pour fin septembre. Et puis, merd* borde* de merd*, on n’est jamais à l’abri d’une grossesse naturelle. Et là, ça serait la cerise sur le gâteau !

Le don d’ovocyte et les balbutiements d’une réflexion

Ça y est, une énième étape vient d’être franchie dans notre parcours PMA.

Hier, j’ai pris rendez-vous dans l’un des 3 CECOS parisiens. Ce rendez-vous, c’est une façon de nous préparer à la suite, une mise en lumière d’abord, puis une possibilité de pouvoir toucher du doigt notre rêve de devenir parents.

Nous savons que les délais sont extrêmement longs en France (plusieurs années sans donneuse) et c’est la raison pour laquelle nous commençons à nous renseigner dès aujourd’hui. Notre projet aura, je l’espère, mûri d’ici-là.

A ce jour, je n’ai pas encore dit mon dernier mot ni tiré un trait définitif sur une progéniture qui serait issue de nos gamètes à tous les deux. Mais s’il devait en être autrement, je ne veux pas regretter de n’avoir rien fait, à temps (fichus délais, inexorable temps qui passe, fâcheuses échéances, satanée horloge biologique !).

Peut-être même, passerons-nous par le DO à l’étranger. Je ne sais pas du tout. Je n’y connais rien. Je sais juste que c’est plus rapide… et plus cher. Des milliards de questions envahissent mon esprit. Pourquoi choisir tel CECOS et pas un autre ? Pourquoi tel pays plutôt qu’un autre pour un don à l’étranger ? Quels sont les différentes étapes, les contraintes de timing ? Et puis je n’ai pas envie d’être redevable à vie envers la donneuse que nous trouverions éventuellement si tout se fait ici… Quels sont précisément les critères de choix ? Des tas de questions. D’autres encore, liées à la génétique…

Je réalise aujourd’hui toutes les étapes franchies, tout ce par quoi nous sommes passés, ce que nous avons surmonté, les montagnes russes que nous avons escaladées, les gamelles, les râteaux et les claques que nous nous sommes pris, les renoncements subis puis acceptés.

Je peux dire que je suis fière de nous. Notre couple a tenu bon et tiendra encore bon. Nous n’allons pas nous laisser abattre. Nous nous aimons suffisamment et mesurons la chance que nous avons d’être ensemble et c’est déjà « pas si mal », comme nous l’a dit, avant-hier, notre 3ème gynéco stérilité. Les épreuves de la vie rendent plus fort. Mon homme, tout à l’heure, m’a rappelé que nous avions aussi notre couple pour nous. Il a raison.

Décidément, en PMA, on n’est jamais au bout de ses « surprises ». Je n’aurais jamais pensé pouvoir écrire sur le fait qu’éventuellement j’envisagerais de passer par le don d’ovule…

Que je l’accepterais ? Je ne l’aurais pas cru non plus. D’ailleurs, je ne sais pas si je suis dans l’acceptation.

Un gros travail de réflexion nous attend…

Je sors la tête de l’eau…

Ces 5 derniers jours furent cauchemardesques et je commence tout juste à sortir la tête de l’eau. Je vais essayer de passer tous les détails et aller droit au but. « Cauchemardesques » car je fais des cauchemars et me réveille en pleine nuit en sursaut, en sueur (je vous parlerai bientôt de mon hyperhidrose).

Le pire de mes cauchemars : mon homme va voir ailleurs car avec moi, il risque de ne jamais devenir père. Même si chaque jour qui passe, je suis rassurée sur ce point-là, puisqu’il est d’un amour, d’une constance et d’une patience sans pareils, c’est plus fort que moi. C’est mon inconscient qui parle et je n’ai encore rien trouvé de mieux que de l’écrire.

Ensuite, j’en avais déjà parlé dans mon billet précédent, ça ne s’est pas arrangé puisque j’ai été (et le suis d’ailleurs encore), malade depuis la semaine dernière. J’ai vu mon médecin-traitant jeudi mais comme mon état empirait, mon homme m’a accompagnée samedi pour mon rdv avec un autre médecin. Je n’étais pas en mesure de parler, il a donc servi d’interprète. Je suis sous Solupred (un corticoïde) depuis lundi car complètement aphone depuis plusieurs jours. La voix revient un tout petit peu, mais vraiment tout doucement. Depuis 3 nuits, ni mon homme, ni moi ne dormons correctement tellement je tousse continuellement. J’en ai des douleurs au front et aux abdominaux (je pensais ne pas en avoir, mais là, je les sens !).

Selon ma sœur (je t’embrasse et te serre dans mes bras, sista’, si tu passes par là) : « le fait de ne pas pouvoir tomber enceinte facilement et naturellement… te reste en travers de la gorge jusqu’à te laisser sans voix.«  Oui, mon corps parle pour moi. Et mon corps est aujourd’hui plus que fatigué. Il est las de tous ces examens, de toutes ces questions qui sont restées sans réponse, de ce qu’il vit comme de l’injustice. Puis en ce qui me concerne, le temps des vacances est le temps idéal pour que mon corps « lâche » (je n’ai accepté aucun arrêt de travail, ni même suite à mon arrêt de grossesse). Et cette boule au creux de la gorge, comme nouée, et dont j’ai déjà maintes fois parlé, m’a rendue aphone.

Cette semaine du 2 juillet a aussi été une semaine très tendue pour d’autres raisons :

1/ Parce que les naissances pleuvent autour de moi et que les visites de courtoisie sont de rigueur… Hier, j’ai appris au hasard d’un sms qu’une amie est « presque enceinte » (« Je peux rendre plus de 4 fois par jour… peut-être bon signe, me diras-tu 😉 »). Je lui souhaite d’être enceinte… mais je ME le souhaite aussi !!! Les grossesses (si rapides !) des autres me renvoient inexorablement à mon infertilité et à nos difficultés.

2/ Parce que mon geek d’homme avait le c.. entre deux chaises à attendre une réponse pour une éventuelle opportunité d’emploi. Ça ne pouvait pas tomber mieux !!! C’est incroyable. Il avait envie de changer depuis un petit moment, était donc en veille et est tombé sur une annonce qui correspond parfaitement à son profil. Après plusieurs entretiens avec différentes personnes de sa future boîte, il a obtenu une promesse d’embauche et a donc « claqué sa dém' », comme il dit. Tout ceci a été assez compliqué à gérer, sachant qu’il a dû négocier par rapport aux 3 mois de préavis… L’attente, l’incertitude nous ont causé pas mal de stress… Bref, c’est fait et c’est une bonne chose de faite, quel soulagement (au moins un truc positif !).

3/ Nous avons même dû annuler au dernier moment (je pensais que ça s’arrangerait moi !) notre week-end en Normandie pour les 40 ans de mon meilleur ami alors que tout était réservé (véhicule, chambre d’hôte)… faute de voix !

Hier : rdv chez mon acupuncteur (je le vois toujours en début de cycle, avant J8). Toujours aussi optimiste, il m’a « boosté tout ça ». Je suis restée presque une heure dans son cabinet à tousser comme une perdue ! Nous avons parlé (enfin lui, surtout) de ce corps et de cette voix qui lâche. Ce n’est pas un hasard si je suis en petite forme : « le corps a sa mémoire« , m’a-t-il dit. A l’heure actuelle, j’étais censée tenir dans mes bras mes jumeaux…

Ce matin : nous avons vu notre nouvelle gynéco. Elle exerce sur Paris, en cabinet privé et est rattachée à la même clinique que gygyamp… Elles se connaissent donc.

Un signe, je ne sais pas, mais à peine arrivés devant le cabinet, avec un peu d’avance, nous croisons sur le même trottoir, mais un peu plus loin, une grosse femme, une femme enceinte.

Cette nouvelle gynéco, nous l’avons trouvée sympathique et humaine. Mon homme pense qu’elle est débordée et qu’il ne faudra pas s’attendre à ce qu’elle nous appelle personnellement pour nous dire ce qu’il en est de tel ou tel examen ou à ce qu’on puisse appeler en cas de souci (genre une prise de sang et une échographie qui tomberaient un samedi et une interprétation nécessaire le jour-même), mais qu’il y a du bon à changer puisque de toute façon, avec gygyamp ça ne va pas.

J’avais photocopié notre dossier AMP (un GROS dossier) qu’elle n’a pas beaucoup regardé d’ailleurs et, en salle d’attente, j’ai profité de ce temps d’attente, justement, pour écrire une page rappelant les examens clés avec les différentes dates (histoire qu’elle ait une vue d’ensemble sur ce qu’on a fait jusqu’ici) :

Il n’y a pas eu de miracle. Les miracles, nous n’y croyons plus. Elle nous a posé quelques questions (date de mes 1ères règles, si je fumais, antécédents familiaux, interventions chirurgicales subies…), questions qui ont très vite été écourtées quand elle a lu : « AMH à 0.7 et FSH à presque 22 ». Elle a fait les gros yeux.

Résultats des courses (j’ai pu poser mes questions) :

– oui, le fait d’avoir fumé 15 ans peut être un facteur aggravant de la fonction ovarienne,

– oui, mon bilan hormonal est catastrophique,

– non, une FIV ne donnerait pas de résultat probant, dans notre cas,

– oui, les follicules supérieurs à 10 mm à J2 sont la conséquence d’une diminution de la fonction ovarienne ;

– oui, mon IOP peut se transformer en ménopause (nous jouons nos dernières cartes),

– les taux peuvent varier d’un cycle à l’autre et l’AMH remonter, la FSH baisser (mais bon, dans mon cas, même une grosse hausse/baisse n’arrangerait rien, vu que je pars déjà de très très loin !),

– on peut continuer les IAC puisque finalement, au total, nous n’en avons faites que 3.

Il faut faire vite tout en étant obligés d’accepter les contraintes de temps, les pauses imposées… Tout cela, elle semblait le comprendre parfaitement.

Elle nous a confirmé spontanément ceci (sans qu’on ai eu à l’évoquer ou à lui poser la question) : dans notre cas, pas de FIV possible puisque j’ai trop peu de follicules à J2. Les FIV ne donnent rien avec si peu de follicules. Il en faudrait au moins… je ne me souviens plus trop, je crois qu’elle a parlé de 6 ou 7 à J2.

Elle nous conseille de commencer à réfléchir (en parallèle aux IAC que nous ferons sans doute avec elle en septembre) au don d’ovocytes.

Sans être alarmiste, elle pense qu’il y a urgence, il faut agir vite car « les portes peuvent se fermer à tout moment » et qu’en même temps, il y a ce paradoxe du temps qui passe mais aussi de l’attente que nécessitent tous ces examens.

Prochaines étapes, en vrac, nous concernant :

– prendre du Provames de J18 à J2 du cycle suivant (je suis à J8, là) puis commencer le Gonal F à 150 ui à J2 (toujours du cycle suivant donc) jusqu’à J8 inclus, sans contrôle de l’évolution des follicules. On ferait ça tout seul dans notre coin avec des rapports réguliers… et on verrait ce que la nature dit => tout ça, sur 2 cycles. Elle pense qu’avec le Provames, il y a peu de chances que je développe des follicules supérieurs à 10 mm à J2 (on fera de toute façon une écho de contrôle à J2 comme l’avait suggérée gygyamp et si pas de follicules supérieurs à 10 mm, on commencerait le Gonal F) ;

– prendre déjà un premier rdv au CECOS (je ne connais pas les délais, à mon avis, on n’aura rien avant octobre) ;

– réfléchir sérieusement au don d’ovocytes et trouver une donneuse : tout n’est pas si facile. Il ne suffit pas de vouloir un enfant pour que ça marche. Je ne veux pas non plus que le DO devienne une roue de secours ou un « moindre mal ». Je veux que nous soyons tous les deux (surtout moi !) intimement et profondément convaincus que c’est ce qu’il nous faut. Je ne veux pas souffrir d’un « oh, c’est fou c’qu’il/elle ressemble à son père ! » ou « c’est le portrait craché de son père ! ». J’espère qu’il/elle lui ressemblera car mon homme est beau et je serai si fière de voir de mon homme dans notre petit bout… Mais je veux, au préalable me débarrasser de toutes ces mauvaises pensées, craintes, m’enlever ces doutes de ma tête. De toute façon, le DO, c’est environ 3 ans d’attente. Ça nous laissera le temps de la réflexion.

– la revoir fin août pour les IAC et autres… Elle n’est pas contre la DHEA. A voir.

Voilà, finalement, rien de bien neuf. Nous lui avons expliqué pourquoi nous souhaitions changer : pour avoir un deuxième avis (qui est finalement pas différent de gygyamp) mais aussi parce que nous estimions que nous étions mal suivis malgré les compétences de gygyamp. De ce côté là, même si cette nouvelle gynéco est fort sympathique, je doute qu’elle soit plus disponible. En effet, aucun rdv possible avant fin septembre, seule date disponible fin août. Nous allons sans doute écourter nos vacances, mais bon, on verra le moment venu.

Elle a aussi terminé en nous disant de regarder ce qu’il y a de positif : « vous êtes ensemble, vous vous aimez et c’est déjà beaucoup« . Ce qui n’est pas faux, mais…

Voilà, voici venu encore le temps de l’attente et de la réflexion. Je vais me reposer un peu.

Merci à toutes pour vos messages. Vous ne réalisez pas combien j’ai besoin de vos retours. Merci.

Ah, et j’oubliais l’essentiel : aujourd’hui, c’est nos 3 ans et demi de vie commune…