L’avis de BAMP : « Les femmes fertiles doivent aussi avoir le droit de congeler leurs ovocytes »

Pour compléter un de mes précédents billets sur la congélation d’ovocytes et, alors que Facebook et Apple ont proposé à leurs employées de congeler les leurs afin de poursuivre leur carrière en tout sérénité, le collectif BAMP explique pourquoi les femmes françaises fertiles devraient également bénéficier de ce droit. Un article fort intéressant que je vous invite à lire !

J’attire aussi votre attention sur la proposition n° 7 du manifeste BAMP :

« la mise en place d’une réflexion autour de la réalisation des diagnostics d’infertilité en amont d’une prise en charge d’A.M.P., permettant ainsi le dépistage précoce de certaines infertilités, avec notamment la création d’un « bilan d’entrée en AMP » standardisé dès le début du parcours ».

Pour lire l’article de L’Express d’hier, ça se passe ici.

Publicités

« Les couples infertiles espèrent simplement réussir à avoir un bébé »

Découvrez la Lettre ouverte du Collectif BAMP dans l’Express du 12 mai 2014 :

  • pour dénoncer les échos haineux et souvent erronés à l’encontre de l’Assistance Médicale à la Procréation ;
  • parce que ça suffit de stigmatiser la PMA et celles et ceux pour lesquels elle constitue le seul espoir et le seul chemin vers l’enfant tant attendu ;
  • parce qu’on entend et lit partout « Non à la PMA » et que ça tord les boyaux des infertiles et de leurs proches…

Ca se passe ici et ici.

PMA, du «ni vu ni connu» à la responsabilité, Irène Théry

Depuis que j’ai lu Des humains comme les autres : bioéthique, anonymat et genre du don, et comme je l’ai expliqué ici (Le don de gamètes comme nouvelle forme de filiation et la question de la levée de l’anonymat), je voue un culte à Irène Théry, sociologue et directrice d’études à l’EHESS.

Et belle surprise lorsque, sur BAMP, je suis tombée sur cet article de Libération : « PMA, du «ni vu ni connu» à la responsabilité« .

Elle y parle de la nouvelle façon d’engendrer des enfants pour des couples qui ne peuvent pas avec leurs propres gamètes, traite du « retournement » et du triste sort réservé aux couples de lesbiennes, du retard de la France… Bref, à lire.

Encore une fois, je suis pour la levée de l’anonymat en don (même si, bien sûr, c’est très compliqué et que le risque est grand de faire cruellement baisser le nombre déjà trop faible de donneurs/donneuses…). Pour moi, l’engendrement avec tiers donneur ne fait pas du/de la donneur/donneuse un/une père/mère biologique, mais un/une donneur/donneuse de cellules, de gènes.

Les parents biologiques (les parents tout court d’ailleurs), ce sont bien les receveurs de gamètes.

Tribune d’Irène Théry à découvrir ici.

3ème (et avant-dernier ?) point FIV-DO

Youhouuuuuuuu !!! Trop contente, Lulu !!!

Cet après-midi : 3ème point FIV-DO avec mon Number 4 adoré vénéré, histoire de clarifier définitivement le traitement.

Suite au protocole (que la clinique appelle « plan de traitement« ) et pour définir les dosages et/ou les voies d’administration, je suis allée le voir avec ma traditionnelle fameuse lonnnnngue liste de questions !

Mes questions, il les anticipe… Alors forcément, ça a été très rapide ! Du coup, on a pu parler d’autres choses… Et quelles choses ! J’y viens, j’y viens.

J’ai entière confiance en Reprofit mais Number 4 est le seul à me connaître parfaitement (enfin, à connaître ma zone génitale plutôt !) : mon lourd passé de IOP + NK + FCR = grosse « loseuse »… Tout ceci nécessite un traitement spécifique. Je serai éreintée (à moi somnolences, gonflements et sautes d’humeur !).

Bref, presque toutes mes angoisses, presque tous mes doutes se sont, comme on dirait, en-vo-lés !

Comment un seul et même homme, en l’occurrence un médecin -que dis-je-, un ponte de la PMA, peut, rendre cette dernière (à savoir une procréation à la base : triste, pesante, lourde, douloureuse…) aussi… facile, claire -j’allais dire plaisante-… ???

Donc, je reprends.

mardi 21/01 : Injection en intramusculaire de Decapeptyl 3 mg, à J20.

mercredi 22/01 : début du traitement de choc anti cellules tueuses uNK ET début de la stimulation de l’endomètre.

C’est -encore- du lourd (jusqu’à 19 médocs/jour quand même) et ça  donne/ra ceci (j’ai commencé en partie) :

Matin :

  • Tocophérol 500 mg -vitamine E- : 1 comprimé (jusqu’à nouvel ordre),
  • Acide folique 0,4 mg -vitamine B9- : 1 comprimé (jusqu’à nouvel ordre),
  • Provames 2 mg -oestrogènes / Traitement Hormonal Substitutif, THS- :  1 comprimé (début le 29/01 et jusqu’à nouvel ordre),
  • Pentoxiffylline 400 mg -vasodilatateur- : 1 comprimé (jusqu’au 21/02 inclus),
  • Prednisone 20 mg -cortisone- : 1 comprimé (début le 29/01 et jusqu’à nouvel ordre),
  • Estima Gé 200 mg -progestérone- : 2 ovules (début le 17/02 et jusqu’à nouvel ordre),

Midi :

  • Provames 2 mg -oestrogènes / Traitement Hormonal Substitutif, THS- : 1 comprimé (début le 29/01 et jusqu’à nouvel ordre),
  • Estima Gé 200 mg -progestérone- : 2 ovules (début le 17/02 et jusqu’à nouvel ordre),
  • Lactabiane -probiotique- : 2 comprimés (du 17 au 23/02 inclus).

Soir :

  • Tocophérol 500 mg -vitamine E- : 1 comprimé (jusqu’à nouvel ordre),
  • Provames 2 mg -oestrogènes / Traitement Hormonal Substitutif, THS- : 1 comprimé (début le 29/01 et jusqu’à nouvel ordre),
  • Pentoxiffylline 400 mg -vasodilatateur- : 1 comprimé (jusqu’au 21/02 inclus),
  • Zithromax 250 mg -antibiotique- : 1 comprimé (du 17 au 26/02 inclus),
  • Estima Gé 200 mg -progestérone- : 2 ovules (début le 17/02 et jusqu’à nouvel ordre),
  • Lovenox 4000 UI anti-Xa/0,4 ml -énoxaparine sodique- : 1 injection en sous-cutanée (à partir du 17/02… –j’ose écrire la suite-… jusqu’à 3 mois de grossesse…).

La cortisone : elle reste à 20 mg contrairement à la dose « standard » de la clinique (qui est de 5 mg).

La progestérone : j’ai toujours eu du Progestan et/ou de l’Utrogestan. Je ne supporte absolument aucune des deux (en gros, au bout d’une semaine seulement de traitement et donc 42 ovules insérées, je ne peux plus m’asseoir… ça pique, ça brûle voire démange… pratique hein ?). Là, la pharmacienne m’a donné de l’Estimé Gé. On verra mais à mon avis, ça va être pareil… Même dosage 1200 mg, soit le double de la dose maximale habituelle.

L’Aspégic 100 : n’est pas nécessaire puisque les injections de Lovenox remplissent les fonctions de vascularisation et de coagulation.

Les oestrogènes (Provames) : que par voie orale -et non vaginale- et on attaque fort avec tout de suite 3 comprimés/jour dès le début de la stim’ et non en différé/décalé, comme indiqué sur le plan de traitement initial.

Il a été question d’injections d’intralipides (une le jour de la ponction et une autre une semaine après le transfert). Number 4 n’est pas contre car, comme pour le Lovenox, « ça peut pas faire de mal« . En revanche, il pense qu’une seule injection suffit… A suivre.

Prochaines étapes :

  1. 10/02 : 1 prise de sang pour dosages hormonaux : estradiol, LH, progestérone,
  2. 10/02 : 1 échographie de contrôle : pas besoin de prendre rdv, je lui envoie un sms le matin même et hop, il me reçoit en fin de journée/début de soirée pour vérifier si le nid est « douillet ». Il veut un minimum de 8 mm… Ca va être chaud.
  3.  fin février puis début mars2 prises de sang pour vérifier si tout va bien au niveau des plaquettes (en lien avec le Lovenox… je suis preneuse de toute info, pas eu le temps de débattre la dessus… « à cause » de BAMP !).

Et donc, et donc, et donc :

Aujourd’hui, j’ai été encore plus BAMP que d’habitude : je lui parle du collectif, lui dis l’importance pour les couples infertiles d’aller consulter ce site collaboratif. Bref, je lui laisse un certain nombre de faire-part récupérés à la dernière rencontre parisienne du samedi 7 décembre et v’là-t-il pas que,  après avoir cliqué sur « Dames Du Bureau« , je l’entends lire et donc dire tout haut les pseudos, ceux desdites DDB et à lui les : « Madame Pimpin…, Catiminie…, Tittounett… » à haute voix… et de sourire de ces pseudos…

C’était assez invraisemblable et en même temps, presque magique d’entendre vos noms de sa bouche…

Un samedi très BAMP !!!

Des rencontres PMesques entre copinautes de galère, il y en a toujours eues et il y en aura encore d’autres…

Mais celle d’hier, la 2ème réunion officielle, était une rencontre BAMP !!! L’occasion pour moi d’en revoir certaines et de faire la connaissance d’autres. Une journée si particulière, riche en émotion, en échange, en partage et en réflexion.

Quelques heures passées avec mes soeurs de galère qui attendent encore, celles qui ont des étoiles dans les yeux -et donc un pied dans le train- et celles qui sont d’heureuses mamans.

Que d’émotions de voir tant de personnes (dont quelques couples, bravo Messieurs !) rassemblées autour d’une même cause : la lutte contre l’infertilité.

BRAVO aux DDB (Dames Du Bureau) pour vos actions et longue vie à l’association et au collectif BAMP !!!

Le compte-rendu de Mon petit trésor étant très bien fait, je vous épargne un long « discours » ! Allez voir ici.

Collectif BAMP !

Je relaie ci-dessous le billet d’Irouwen !

Les médias parlent de nous, mais souvent de façon éhontée.

Les médecins PMA parlent de nous, mais trop souvent sans nous.

Le commun des mortels parle de nous, mais sans rien n’y connaitre.

Les politiciens n’osent pas parler de nous, mais pourtant ils devraient.

Avec 1 couple sur 10 qui consulte pour un problème lié à l’infertilité et 1 enfant sur 6 qui nait grâce à l’Aide de la Médecine Procréative, il y a pourtant beaucoup à dire…

Nous avons décidé de parler de nous -dans le cadre d’un blog collectif-, pour que nos paroles ne soient pas déformées par le prisme des médias, ni celui des médecins PMA, encore moins celui du commun des mortels et des politiciens.

Oyé, oyé, oyé.

Voici venu le temps du collectif, du rassemblement, des voix qui s’unissent pour dire par elles-mêmes ce qu’est la PMA, ce que sont les chemins douloureux de l’infertilité et leurs corollaires, les chemins plus ou moins tortueux de l’Aide Médicale à la Procréation.

S’unir pour que nos histoires, nos ressentis ne soient plus déformés par les autres : ceux qui ne savent pas, ceux qui croient savoir.

S’unir pour mieux se faire entendre médiatiquement, politiquement, médicalement, familialement, amoureusement.

A tous les sous-marin du net-PMA, à toutes les lectrices et lecteurs de l’ombre, à toutes les blogueuses PMA, aux hommes et aux femmes concernés directement ou indirectement, aux amis ; rassemblons nos voix, unissons nos compétences, nos créativités, nos mots.

Ne restons plus seul-e-s derrière nos écrans. Faites votre coming-out BAMP !

Le collectif BAMP se trouve ici.

Collectif pour collectif. B pour blog. AMP pour Aide Médicale à la Procréation.

Venez commenter, venez écrire des articles, venez lire ce qu’écrivent les autres, venez témoigner, venez grossir la cohorte des hommes (oui, oui les hommes venez, cela nous ferait vraiment chaud au cœur) et des femmes BAMP !

Bougeons-nous et voyons ce que cela donne, des rencontres sûrement, des échanges assurément, des débats certainement…

Je suis BAMP ! Êtes-vous BAMP ?