La FIV1 avec Number 4 aura-t-elle lieu ?

Le deuxième rendez-vous avec Number 4 a eu lieu il y a une dizaine de jours. A mon arrivée, juste un homme qui attend sa femme. Et cette fois-ci non plus, je n’ai pas beaucoup attendu. Donc ça, c’est plutôt chouette !

Juste avant que mon tour ne vienne, un couple entre. Inévitablement, un regard, puis un autre. On se scrute, mais discrètement. Elle, semble inquiète (était-ce son 1er rdv PMA, est-elle -comme moi- à l’origine du « problème » ?). Lui, semble bien plus détendu. Ils ont la quarantaine bien tassée. Oui, c’est triste, mais en PMette aguerrie, je ne peux m’empêcher d’imaginer, penser les parcours des couples en galère. Que ressentent-ils, depuis quand essaient-ils, où puisent-ils la force de continuer, combien de tentatives, quels résultats, quels antécédents… ?

J’ai donc revu Number 4 pour faire le point sur ce qui s’était passé depuis notre premier rendez-vous, à savoir ces deux éléments :

  1. IAC 4 avec Gynéco3 : ++++++ (au passage, il s’agit d’IAC 4 « bis bis » car les précédentes avaient dû être reportées puisque toutes les conditions n’étaient pas réunies à J2) ;
  2. œuf clair et fausse couche à 6.5 SA suite à cette 4ème IAC.

Je retranscris ici, à la manière de mon billet « compte-rendu » de notre premier rdv, ce qu’il m’a dit. Il se répète parfois, mais ça confirme la cohérence/constance de ses propos :

« Vous êtes parvenue à être enceinte, c’est plutôt bon signe, malgré un œuf clair.

Votre bilan hormonal est « perturbé » (ouahhhhh, mon bilan hormonal, pour lui, n’est QUE perturbé, il est hyper optimiste !) mais à votre âge, on peut faire quelque chose. Si vous aviez 40 ans, je n’aurais rien pu pour vous.

Dans votre cas, on va adapter le traitement à vous et ce n’est pas vous qui vous adapterez au traitement : on commencera la stimulation hormonale non pas à J2 ou J3 (c’était le cas pour toutes mes IAC), mais plus tard (aux alentours de J6, J8, J10 ? J’ai un trou, je ne me souviens plus de ce qu’il m’a dit), au fur et à mesure, en fonction de l’évolution naturelle de vos follicules (je vois pas comment on peut se reposer sur mes follicules qui, sans stimulation n’atteignent jamais les 5 mm, mais après tout, je ne suis pas médecin !) de façon à préserver la qualité ovocytaire ».

Du coup, il m’a prescrit une prise de sang (et quelle prise de sang, on m’a prélevé 7 tubes !) dont les résultats détermineront s’il n’y a pas chez moi un risque de fausse couche à répétition et auquel cas, on adapterait le traitement de la FIV (en plus de la progestérone). Il m’a parlé de prise éventuelle d’œstrogène (d’œstradiol ? j’ai encore un doute…). Sans doute pensait-il à un traitement hormonal substitutif (THS) comme le Provames. I don’t know…

Tout ceci reste à déterminer et dépendra des résultats de cette prise de sang. Mon laboratoire habituel sous-traite et c’est un autre laboratoire (le même que celui qui traite les caryotypes) qui effectue les recherches. Les délais sont assez longs. Il faut compter environ 8 jours et les résultats ne sont communiqués qu’au médecin…

Voici donc ce que l’on va contrôler chez moi :

  • les anticorps : anti-phospholipides, anticardio-lipines, anti-nucléaires, anti-DNA natif,
  • antithrombine III,
  • les protéines anticoagulantes : C + S + protéine S libre antigène,
  • test de dépistage de la résistance à la protéine C activée.

Joli programme, hein ?

On a aussi parlé de l’expulsion de mon œuf qui, selon lui, pour certaines femmes, peut être aussi douloureuse qu’un accouchement. Que nenni !

Pour moi, c’est l’expulsion naturelle de mes deux embryons l’an dernier qui a été pire que tout. Là, je n’ai, physiquement, (presque) rien senti. C’était un peu comme des règles douloureuses, mais ça, c’est déjà mon rituel mensuel !

L’avantage avec Number 4, c’est que même si, cette fois, la consultation a duré à peine 10 minutes, je suis ressortie du cabinet avec les réponses à mes questions, zen, sereine. Il est bref mais efficace, professionnel. Je n’ai ressenti aucune frustration. Inévitablement, je compare avec gygyamp, c’est juste incomparable !

On se revoit bientôt pour l’interprétation des résultats de cette prise de sang. Dans la foulée, il y aura un examen gynécologique… et j’espère le feu vert pour la FIV1.

En attendant, je continue de me droguer : Gynéfam XL + Tocophérol + Oligobs PMA.

Arrêt de grossesse

Je ne sais pas par où commencer ni comment expliquer le drame qui m’est arrivé en décembre dernier, lorsqu’à 9 semaines d’aménorrhée, j’apprenais mon arrêt de grossesse. Quand j’en parle, j’ai toujours le sentiment de ne pas trouver les mots justes pour faire part de ce que j’ai vécu.

Alors je vais faire simple. Je suis tombée sur un mail que j’avais envoyé à l’époque à la famille, quelques jours après les expulsions, soit une petite semaine après l’annonce de mon arrêt de grossesse.

En voici le copier-coller. Il donne une idée de ce que j’ai pu ressentir, même si, je le répète, j’ai toujours l’impression que les mots ne sont pas assez forts de sens pour exprimer ce que j’ai ressenti et ressens encore aujourd’hui.

c’est le coeur arraché que je vous écris. je suis complètement vidée. nous avons vécu un cauchemar.

je suis désolée de « dire » tout cela par mail mais je ne me sens pas encore capable d’en parler tellement la douleur est vive. c’est important aussi pour nous que vous sachiez… pour mieux comprendre.

l’annonce de la terrible nouvelle jeudi dernier alors que je m’apprêtais à faire ma 3ème écho, m’a littéralement effondrée. comme je le disais à XX et à XX (mes beaux-parents), le seul moment où la possibilité d’une fausse-couche ou d’un arrêt de grossesse ne m’avait pas traversé l’esprit, c’était bien à ce moment-là. j’y allais avec tellement de hâte : hâte d’entendre à nouveau son petit coeur battre, mais cette fois, un peu plus rapidement, hâte de découvrir comme il avait grandi… mais il y a eu l’annonce de l’arrêt cardiaque de mon embryon, qui était censé être sur le point de devenir foetus… l’annonce aussi, à ce moment-même, de l’existence d’un 2ème embryon qui n’était pas visible jusque là (une autre fécondation plus tardive d’un autre oeuf, dans un sac différent, sans doute due à la stimulation ovarienne).

comment accepter de ne plus entendre de battements de coeur alors que 2 semaines auparavant, lors de la 2ème écho, je les avais entendus ? j’ai accepté, pas le choix.

alors que j’étais dans l’attente d’un curetage sous anesthésie générale (au moins, je ne verrai ni n’entendrai rien, me disais-je…), le pire est arrivé : dans la nuit de dimanche à lundi, j’ai expulsé mes 2 embryons. je n’ai jamais ressenti une douleur physique (je ne parle même pas de la douleur morale) aussi forte. sans calmant, ni rien, ils sont partis, en 2 fois, l’un après l’autre… ça a commencé à 00h30, puis à nouveau à 06h30. j’ai failli y passer : baisse de tension, nausées, tête qui tourne, baisse de l’audition… je suis passée par toutes les couleurs et cette douleur au bas ventre que je ne saurai décrire tellement elle fut insupportable.

XX (mon homme), à mes côtés, a assisté à ce cauchemar, m’a épaulée comme il le pouvait… complètement impuissant. il n’y avait pas grand chose à faire. il fallait que ça sorte. on aurait dû me prévenir de la douleur. j’en veux à l’équipe médicale de la maternité XX qui aurait dû anticiper sur la possibilité d’une éventuelle « expulsion » naturelle avant curetage programmé (le lendemain des expulsions, soit environ 2h après la dernière expulsion). jamais j’aurais cru ça possible. c’est comme si on m’avait planté le ventre à coups de couteaux.

le lundi matin, on retourne aux urgences gynécologiques pour le curetage et là, à l’écho de contrôle, on me dit que tout a été évacué et que j’avais fait le « travail » toute seule, qu’il n’y a donc plus besoin de curetage, ni de nettoyage.

je me dis que, sans doute, il fallait que je les sente partir… le pire pour moi c’est d’avoir tout vu.

hier, je me suis occupée des démarches (annulation de l’inscription à la maternité, annulation des différents rdv : écho à la mater + rdv avec la sage-femme…). c’est aussi compliqué d’annuler tous ces rdv que de les obtenir. il faut être patient en ligne…

je suis vidée. j’avais, encore hier, l’impression que jamais je ne me remettrai de cette épreuve… mais là, je me dis que c’est possible, qu’il le faudra. je me connais, je suis forte et je n’ai pas le choix que de tourner la page.

XX (mon homme) est là pour me réconforter. je compte énormément sur lui. j’ai beaucoup de chance de l’avoir à mes côtés. j’ai aussi la chance d’être très bien entourée. je sais que je peux compter sur ma famille et mes amis. ma mère, particulièrement, ne m’a pas quittée depuis ce drame.

j’ai refusé l’arrêt de travail qui m’a été proposé. je refuse de m’écrouler car malgré tout, j’ai vécu les 2 plus beaux mois de ma vie lorsque j’étais enceinte. mon ventre s’était même arrondi, déjà !

nous sommes encore pleins d’espoir même si nous comptons bien faire une pause dans ce parcours…

merci à tous pour vos messages, mails, appels. merci aussi de vous être déplacés et d’être venus jusqu’à nous. nous avons besoin de vous pour avancer.

je vous embrasse.