Biopsie de l’endomètre

Voilà ce qui m’attend la semaine prochaine : une biopsie de l’endomètre.

C’était le seul examen que je n’avais pas encore eu à faire et je me demandais même quand ça me tomberait dessus. Et ben voilà, j’ai eu ma réponse hier !

3 grossesses toutes 3 non évolutives : il faut comprendre ces échecs d’implantation pour les tentatives à venir (la/les FIV « classique(s) » ou la/les FIV avec don d’ovocytes).

Ce qui est prévu :

  1. prise de sang à l’approche de l’ovulation, à J12 (mon J12 étant demain dimanche, ça se fera à J13, lundi matin) => dosages plasmatiques : estradiol, LH, progestérone,
  2. biopsie au moment de la nidation / implantation c’est-à-dire 5 à 7 jours après l’ovulation.

Si mes calculs sont bons -et si pas d’imprévus d’ici-là-, le prélèvement de l’endomètre devrait se faire en toute fin de semaine prochaine ou au tout début de la semaine du 22.

Ensuite, le prélèvement (à l’aide d’une « pipelle de cornier », oui Madame !) est envoyé au fameux laboratoire pour analyse et vérification de la présence et de l’activité des cellules immunitaires nécessaires à la future implantation. Et si je n’en avais pas de cellules immunitaires ? Et si mes cellules étaient tueuses et donc responsables de ces grossesses non évolutives ? Et si je n’avais jamais d’enfant ?

L’exploration pour comprendre les échecs d’implantation prendra environ un mois. En fonction de mes résultats :

  • dans le meilleur des cas : j’aurais un traitement adapté (cortisone dès J2/J3 et pas juste 15 jours post-transfert, progestérone aux doses plus que maxi, perfusion d’intralipide…),
  • dans le pire des cas : … ??? … ??? … ??? …

J’ai peur d’avoir un problème de réceptivité utérine qui expliquerait tous ces échecs d’implantation et ce, en dépit d’embryon(s) de bonne qualité. Oui, parce que malgré mon insuffisance ovarienne, nos rares embryons obtenus sont « de bonne qualité », selon Number 4.

Détail qui a quand même son importance : le coût des analyses est faramineux (400 euros pour la première puis 300 euros pour l’éventuelle seconde, toutes deux non remboursées, glourpssssss).

Ceci dit, ce diagnostic permettrait :

  1. de « définir et personnaliser les choix thérapeutiques » pour la FIV classique à venir,
  2. de s’assurer au préalable d’une réceptivité utérine adéquate pour la FIV-DO à venir. Ca serait ballot de bénéficier d’un don d’ovocytes « pour rien ». Je ne veux même pas penser à ce cas de figure… Vous imaginez, si même le DO (notre ultime espoir d’avoir un jour un enfant) n’était pas indiqué pour nous ??? Mais que ferions-nous alors ? Comment vivrions-nous ?

En attendant et vu les délais, notre 9ème tentative de PMA (notre FIV 3 donc), si elle a lieu -et ce n’est pas gagné- ne se fera pas avant… l’été !

On n’est pas au bout de nos peines…

Je ne suis pas spécialement douillette (pour preuve, ponctions SANS anesthésie générale, trop forte Lulu) mais suis preneuse de toutes vos expériences en matière de biopsie…

Echographie de contrôle et dosages plasmatiques à J9 sur cycle non stimulé + EDIT

Rappel des faits pour les largué(e)s :

A J2, lundi dernier, la secrétaire de Number 4 m’annonçait qu’on tirait un trait sur la stimulation pour ce nouveau cycle de FIV, faute de follicules en nombre suffisant -selon Number 4 (à savoir, 4 en tout)-.

Aujourd’hui, à J9, sur cycle spontané donc, ça donne ceci :

                    1/ Echographie endovaginale :

Je me retrouve avec 7 follicules au lieu de 4 initialement notés à J2… SAUF QUE… ne nous emballons pas…ne  JAMAIS s’emballer en PMA (qui plus est quand on est en IO -oui, pas que quand on est en IO, mais quand on est en IO, aussi !!!-) : sur ces 7 follicules 1 seul est exploitable : celui à gauche (on s’refait pas !) de 17 mm. Il y en a bien 2 autres à droite qui font tous deux 10 mm, mais 10 mm pour un J9, c’est pas la panacée.

Quant aux 4 autres mesurant entre 4 et 7 mm, je ne devrais même pas en parler tellement ils sont insignifiants (ce sont les tailles d’un J2/J3). Mais je vous donne ces données pour votre culture personnelle (ne me remerciez pas).

L’endomètre, quant à lui, présente une épaisseur de 6,6 mm : « pas mal pour un J9 » a dit mon échographiste préféré.

                    2/ Prise de sang (dosages hormonaux) :

  • Oestradiol : 284 (contre 177 à J9 lors de mon cycle spontané pour ma FIV NAT de novembre qui m’avait traumatisée car ponction blanche !). Je compare toujours ce qui est comparable mais je sais bien qu’en soi, ce 284, à quelques jours d’une éventuelle ponction, c’est juste, encore une fois, la méga loose.
  • LH : 3,2 (décidément, j’y comprendrais jamais rien en LH… d’ailleurs, s’il y a des connaisseuses, merci pour vos lumières !).
  • Progesterone : 0,2 (ça change jamais ça, chez Lulu…).

                    3/ Instructions du soir :

A venir…

EDIT de 17h :

Coup de fil de la secrétaire :

  1. une injection d’Orgalutran ou de Cétrotide 0,25 (au choix),
  2. une injection de deux ampoules (poudres) de Pergoveris,
  3. prise de sang demain matin SANS échographie !

Elle est pas belle, la vie ? J’attends le retour de mon homme pour le shoot ! J’étais en manque…

Allez, je parie sur une ponction (de mon seul follicule) jeudi, à J12 !

J9 : dosages plasmatiques et échographie en vue de mon IAC 4 bis bis

Ce matin, à J9, après 6 jours de Gonal F à 150 ui, comme prévu, réveil aux aurores pour la prise de sang et l’échographie pour le monitorage de l’ovulation. Et voici les résultats :

Prise de sang

  • Œstradiol plasmatique : 352 picog/ml
  • L.H. plasmatique : 2,0 UI/l
  • Progestérone plasmatique : 0,1 ng/ml (à J2 le cycle dernier : 0,4)

Pour la LH et la Progestérone, je ne sais pas (n’hésitez pas à me dire si ça vous cause ces taux !), mais il semblerait que mon œstradiol serait pas trop mal pour un J9… Vous pensez pas ?

Échographie

  • ovaire droit : 4 images folliculaires => 17 , 14, 6 et 5 mm.
  • ovaire gauche : 3 images folliculaires également mesurant 10, 4 et 3 mm.
  • endomètre à 7.2 mm.

Conclusion : 7 follicules dont les deux de droite qui tiennent bien la route ! Bon, à gauche, ça paresse comme l’a dit mon échographiste ou plus exactement « on ne pourra rien en tirer de ceux-là« . Par contre, il trouve que c’est pas mal du tout à droite ! Yessss !

Et LA bonne nouvelle… oui, la méga bonne nouvelle du jour et bien c’est que j’ai eu Gynéco3 au téléphone, by herself, oui, oui ! Enfin un médecin qui prend le temps de donner elle-même les consignes et, par là-même, même si c’est assez rapide et bref, d’expliquer les choses et de répondre aux questions ! Je suis super contente de mon nouveau suivi.

Oui, bien sûr il a fallu que j’appelle plusieurs fois le cabinet mais au final, sans avoir même osé penser à parler personnellement à Gynéco3, la secrétaire me l’a simplement transférée. Oui, tout naturellement, spontanément. ADIEU à jamais gygyamp !

Bon, voici la suite du programme :

  1. J9 + J10, ce soir et demain soir donc : Gonal F (à 200 ui cette fois) + Cétrotide : pour la préparation et l’injection, je reviens de chez l’infirmière (purée, ça me gratte à chaque fois, ça gonfle et suis toute rouge !). Je ne sais pas comment certaines d’entre vous arrivent à faire le mélange et l’injection toutes seules. J’en suis incapable. Autant, le Gonal, je veux bien, mais le Cétrotide, impossible. Donc retour chez l’infirmière demain soir. Et pas d’injection de Luveris au fait finalement…
  2. Ovitrelle samedi soir OU dimanche matin, au choix. C’est comme je veux, m’a dit Gynéco3… ce que je trouve étonnant puisque c’est 36h avant l’IAC normalement. On verra à quelle heure le labo donne rendez-vous à mon homme pour le recueil de sperme. Avec son tout nouveau boulot, ça va pas être facile de négocier une demi-journée, pauvre amour. Remarquez, pour moi, ça va être compliqué aussi… Bon, on y va étape par étape, on verra bien.
  3. J 13 : IAC 4 lundi. Et là, pareil, pas d’heure. On se présente au cabinet matin ou après-midi, selon le rdv au labo.

Les + de cette IAC, en vrac :

– j’ai eu Gynéco3 personnellement au téléphone pour les consignes avec en prime réponse à mes questions (qui sont légitimes, non mais ho !!!),

– la secrétaire n’est pas une grosse c*nne de pouffia*se de put* qui te prend pour une espèce de débile à chaque fois que tu oses appeler, ne serait-ce que pour savoir s’ils ont bien reçu telle ou telle analyse…,

– la prise de sang et l’écho de contrôle, c’est (en tout cas, pour ce cycle) une seule fois (à J9 donc) avant l’insémination. Avec gygyamp, il y en avait au moins 2, voire 3, mais je me demande vraiment à quoi elles servaient ; si ce n’est à me mettre en stress et à me faire arriver toujours à la bourre au boulot !

Chères lectrices, je vous en supplie, priez pour moi, sortez vos gri-gris, prononcez toutes sortes d’incantations. Même si je suis la plus cartésienne des nanas, j’ai quand même besoin, pour cette 5ème stimulation ovarienne et 4ème IAC, de toutes les ondes positives possibles !!! Mes chances sont infimes, je sais que si ça marchait, ça relèverait du miracle… Mais quand même… 2 beaux follicules, c’est pas rien. Et 3 ans d’essai intensif dans un mois et demi… C’est pas rien non plus.

Toujours pas de règles… + EDIT

Merci pour vos messages, les filles.

C’est fou. Je ne comprends pas. Toujours pas de règles (8 jours de retard, ça ne m’est JAMAIS arrivé) et voilà que je me mets à flipper d’avoir développé des kystes ou autres, d’avoir bousillé mon corps avec cette stimulation sans contrôle et donc sans déclenchement (rappel : Gonal F à 150 ui, pendant 8 jours, de J4 à 11).

Si ça se trouve, j’ai ovulé pendant les injections et dans ce cas, est-ce que ça peut être dangereux ? Je commence à flipper… La gynéco que nous avions vue nous avait donné le feu vert pour faire une stimulation « free-style » (c’est-à-dire sans contrôle et donc sans bloquer et sans provoquer l’ovulation ).

Ou alors, ça y est, je suis ménopausée…

Ou alors, j’ai ovulé tardivement et je suis bien enceinte (on peut rêver, de toute façon, mes seins ont dégonflé !).

D’ailleurs, ai-je bien ovulé ? Je ne sais même pas si j’ovule !

Vous y comprenez quelque-chose, vous ? Je dois être la seule à faire des piqûres de Gonal sans contrôle. Pauvre de moi, je suis tellement désespérée que je prends des risques…

Je la vois demain (heureusement qu’on avait pensé à bloquer un rdv à l’issue de ce 1er rdv justement, au cas-où…). J’espère qu’elle saura me dire ce qui se passe dans mon corps.

Je savais que le retour ne serait pas aisé… mais pas à ce point…

EDIT (12h30) : quel est le comble pour une PMette bien stimulée « ovariennement » ? Bon, elle est facile : c’est de se réjouir de voir ses vilaines débouler !

Ça y est, elles sont bel et bien arrivées ! Pfiouuuuuuuuuuu, je souffle.