10 millions de spermatozoïdes inséminés

Notre dernière IAC remonte à septembre 2012. Ca date !

Alors pour notre 10ème tentative de PMA et après plusieurs FIV (foireuses, n’ayons pas peur des mots !), refaire une IAC (la 5ème donc), n’aurait dû être qu’une « promenade de santé » (je ne sais plus qui est à l’origine de cette expression dans la blogosphère, je me permets de la reprendre ici).

Nous sommes arrivés comme prévu à 8h30. Le temps de remplir et signer les documents, d’effectuer les différents règlements… Le recueil a été fait vers 9h30 et les 10 millions de spermatozoïdes ont été délicatement mais difficilement déposés dans le nid (pas douillet, malheureusement, mais bon…) vers 11h40 !

Plus de 3 heures d’attente et beaucoup  de monde en ce matin de juillet. Entre les ponctions, les transferts et les inséminations, Number 4 avait de quoi faire…

Pour faire bref, les choses ne se sont pas passées comme prévu (moi, naïve ?) : difficultés au moment du passage du col. Il a dû s’y reprendre à deux, voire trois fois (comme pour le prélèvement en vue de la biopsie de l’endomètre).

Et j’ai bien douillé. Moi qui supporte habituellement très bien les ponctions sans anesthésie générale, là, une simple insémination m’a fait mal.

Number 4 était surpris de ce col si fermé. J’ai serré les dents (pas les fesses), respiré un grand coup (merci à mon homme et à la laborantine à côté pour avoir cherché à me « détendre »).

C’est fait. Je saigne, mais c’est fait. Les spermatozoïdes sont en place.

Comment je me sens ? Pas du tout optimiste.

Comment mon homme se sent ? Comme ça :

Moi : « T’y crois ?« , Lui : « Non, vraiment pas... », puis, en voyant ma tête : « Mais bon, on sait jamais… »

La prise de sang est fixée au mardi 23. Le compte à rebours a commencé. 14 jours interminables.

En attendant, je continue mon traitement de choc commencé (en grande partie), il y a déjà 15 jours ; et ce jusque… au moins la prise de sang :

Matin :

  • Progestan Gé 200 (progestérone) 2 ovules,
  • Tocophérol 500 mg,
  • Gynéfam XL / acide folique,
  • Antibiotique Rulid / Roxithomycine (ouf, j’arrête l’autre antibio, à savoir le Zithromax / Azithromycine. Seul mon homme en prend),
  • Provames 2 mg,
  • Cortisone Cortancyl 20 mg / Prednisone,
  • Aspégic 100.

Midi :

  • Progestan Gé 200 (progestérone) 2 ovules,
  • Provames 2 mg.

Soir :

  • Progestan Gé 200 (progestérone) 2 ovules,
  • Tocophérol 500 mg,
  • Antibiotique Rulid / Roxithomycine,
  • Provames 2 mg.

A cela on ajoutera deux injections d’Ovitrelle (13 clics le 11, le reste le 14) pour aider la nidation.

Et j’arrête aussi le Pentoxifylline LP 400 mg (qui a bien aidé à épaissir l’endomètre mais qui n’est plus utile en phase lutéale).

Au passage, 1200 mg de progestérone (6 ovules/jour) alors que la dose maximale est de 600 (3 ovules), voire 800 (4 ovules)… Je vais être bonne à rien durant ces 15 jours.

Et pour terminer (avant d’aller m’allonger), deux petites choses :

  1. Concernant mes mycoplasmes, il n’y aurait rien d’inquiétant (à suivre…).
  2. A la question : « Docteur, quel(s) conseil(s) me donneriez-vous pour ces deux semaines à venir ?« , voici sa réponse (en me narguant gentiment) : « … Que vous enleviez votre cerveau !« 

Faut dire que je (et me !) pose toujours des milliards de questions…

Allez, je m’en vais de ce pas suivre son conseil (sur un malentendu…).

Et voici quelques clichés pour clore le chapitre PMA avant la saison prochaine.

Publicités

Mardi, on insémine !

Notre 10ème tentative de PMA, à savoir notre 5ème IAC, aurait (d’après mes calculs savants) dû se faire ce matin. Elle aura finalement lieu mardi matin, à J16 (ça fait tard… mais grâce à mes amis Orgalutran -tous les soirs depuis mercredi J10-, puis Ovitrelle -dimanche à J14-, je ne devrais pas ovuler avant !).

Beaucoup de choses encore à dire depuis mon dernier billet. Ces derniers temps, à presque chaque rendez-vous médical, j’apprends une mauvaise nouvelle.

Je vous parlais d’un prélèvement vaginal recommandé par MatriceLab pour détecter un éventuel foyer infectieux locorégional suite à la découverte de cellules tueuses uNK dans l’endomètre. Ce prélèvement a été fait il y a deux semaines. Résultats reçus il y a une semaine…. Et bien il ne manquait plus que cela à mon palmarès de looseuse : l’examen bactériologique a révélé des tas de cellules pas jolies, jolies et qu’il faut absolument traiter si on veut espérer un +++.

Et devinez comment on va traiter ces cellules-là ? Par des antibiotiques ! Encore des antibio’ !

Mais j’en prends déjà, b*rdel de m*rde !!! Ben c’est pas grave Lulu, tu vas en prendre d’autres.

Donc je récapitule :

  1. non seulement j’ai des cellules tueuses dans l’endomètre qu’on traite avec des antibiotiques (9 jours) ET de la cortisone (un mois),
  2. mais en plus, la recherche de mycoplasmes a détecté (d’ailleurs, si ça parle à l’une d’entre vous, n’hésitez pas) :
  • de l’Ureaplasma urealytucum (> ou = à 10 puissance 4 UCC),
  • de nombreuses cellules épithéliales,
  • des (rares) polynucléaires,
  • une flore polymorphe commensale avec présence de nombreuses colonies de Bacilles de Doderlein…. Tout ceci doit également être traité avec un autre antibiotique (15 jours).

Et quand votre médecin vous appelle personnellement sur votre portable (Number 4, j’aime que tu m’appelles mais par pitié, pas pour m’annoncer ENCORE une mauvaise nouvelle !!!) pour vous dire « Votre homme AUSSI doit prendre des antibiotiques, à commencer tout de suite, à raison de 2 par jour…« … ben t’as juste envie de te pendre…

Voilà, sagement, mon homme a suivi les instructions. J’ai les boules. Jusque-là, les traitements c’était mon affaire.

Mais c’est dur de se dire que j’ai tout ça à la fois : IO sévère + cellules tueuses dans l’endomètre et donc environnement immunitaire hostile + examen bactériologique pas bon du tout.

Je ne sais plus quoi penser de tout ce qui m’arrive. Cette IAC sur cycle (quasi-)naturel, je la fais mais comme j’irais acheter le pain…

Mon homme me dit que c’est normal, que plus on cherche (sous-entendu, plus on fouille), plus on a de chances de trouver des anomalies et soucis. Il est zen et détendu par rapport à tout ça.

Moi, j’ai juste envie de me pendre ou de partir loin… très loin…

Et pour toutes celles que ça intéresserait, voici ce qu’ont donné mes dosages hormonaux et échographies :
J10, le mercredi 3 juillet (sans stimulation, cycle naturel) :
  • oestradiol à 161 / LH à 4,1 / Progestérone à 0,1
  • endomètre à 8 mm
  • à droite : 1 follicule dominant à 14 mm, 1 autre à 12.
J12, le vendredi 5 juillet (après Pergoveris et Orgalutran) :
  • oestradiol à 370 (extra, non ?) / LH à 3,8 / Progestérone à 0,1
  • endomètre à 7,8 mm (pourquoi sa taille a-t-elle baissé ???)
  • toujours à droite : 1 follicule à 20 mm, l’autre à 16.

Tous les soirs depuis mercredi soir jusqu’à ce soir (samedi) inclus : injections de deux ampoules de Pergoveris + Orgalutran.

C’est fou ce que je marque, j’ai des bleus dans tout le ventre…

Ovitrelle dimanche soir.

En attendant la prise de sang…

Deux choses :

  • Mon pense-bête des comprimés post-ponction/transfert à prendre quotidiennement (quoi, quand, combien, pendant combien de temps…) :

Lulu

  • L’ambiance étant (heureusement) souvent détendue quand il s’agit pour mon homme de me piquer -12 clics d’Ovitrelle à J16 (DPO 4) et le reste (13 clics) à venir, à J22 (DPO 8)-, j’ai voulu vous faire partager notre rituel piquouzes : ça se passe ici et ça dure 30 secondes (format mp3).

2 ovocytes ponctionnés

Nous sommes arrivés à la clinique détendus. Déjà 4 couples avant nous.

Un couple en salle d’attente

Formalités administratives, signatures des différents consentements… Ca va vite.

Aurions-nous fait ça toute notre vie ?

Nous sommes moins stressés, plus rapides, moins inquiets, plus au fait. La routine, en somme !

Anesthésie générale ? Non, madame, juste locale ! Trop forte Lulu (mais elle va moins faire sa maline juste après !).

Chambre 214. Je fais la connaissance de ma voisine de chambre et de son homme (a-do-ra-bles !). Je réalise que :

  1. j’ai beaucoup de chances avec les copines de chambre,
  2. malheureusement, on est loin d’être le seul couple à souffrir de ce mal d’enfant…

Vue de la chambre

Chambre

Calmant avalé, suppositoire anesthésiant inséré, douche à la bétadine prise…

Arrivée au bloc et Number 4 (ôôôô Number 4, si tu savais… biiiiiiiiiiip, cette fois, je ne dis rien ;-)). Je lui rappelle combien je compte sur lui (pour ne pas dire autre chose) et à quel point j’ai confiance en lui…

Echographie avant ponction et ça donne :

Un beau follicule à gauche donc (19 sur 21 mm) et… et… surprise… un petit à droite qu’il décide également de ponctionner MAIS un peu plus tard et du coup, sans avoir anesthésié localement au préalable le côté droit.

Autant dire que j’ai douillé (d’ailleurs, je saigne encore…).

Endomètre parfait : 8,9 mm.

Résultat des courses : 2 ovocytes ponctionnés, à savoir le même résultat que sur un cycle stimulé donc ! Et c’est aussi reparti pour 7 jours d’antibio’ !

Le feu vert est donné à mon homme pour son recueil. Cette fois, l’ordre est respecté, ouf (=> rappel : en novembre 2012, recueil fait avant l’annonce de la ponction blanche. Sans commentaire…) !

Voilà, j’ai encore jusque demain matin pour continuer de rêver… d’autant que quand j’ai demandé à Number 4 si on pouvait recommencer dès le prochain cycle en cas d’échec de fécondation, il a répondu (une PMette anticipe toujours l’échec !!!) :

Lui (stoïque) : Je ne l’envisage pas.

Moi (dépitée) : Comment ça ? Ca veut dire qu’on arrête tout ?

Lui (héroïque et un brin audacieux) : Je n’envisage pas qu’il n’y ait pas d’embryon.

Moi (soulagée et émerveillée) : Merci, mille mercis Docteur !

Je vais rêver et reviens vous dire demain matin ce qu’il en est.

De toute façon, il n’y a pas 40 possibilités. Ca sera :

  1. soit 0 ovocyte fécondé, donc 0 embryon obtenu et donc 0 transfert (NONNNNNNNNN !!!),
  2. soit 1 ovocyte fécondé, donc 1 embryon obtenu et donc transfert d’1 embryon (OUIIIIIIIIII !!!),
  3. soit 2 ovocytes fécondés, donc 2 embryons obtenus et donc transfert de 2 embryons (OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIII OUIIIIIIIIIIIIIII !!!).

Un miracle peut-il se produire deux fois de suite ?

Transfert de nos deux embryons

Le transfert de nos deux embryons, l’un de 4 cellules, l’autre de 3, a eu lieu -non sans émotion-, un peu avant 8h.

Nous sommes très émus, inquiets (beaucoup…), pleins d’espoirs aussi et surtout très conscients de la fragilité de ces débuts de vie de nos « mini-nous » en moi.

Juste avant et pendant le transfert, je devine que mon homme aperçoit le cathéter contenant nos bouts de nous. De par ma position, je ne visualise pas grand chose…

Et là, je regarde mon homme à mes côtés. Je veux ancrer ce moment dans ma mémoire, comme un marquage… Me rappeler tout ce par quoi nous sommes passés, les montagnes que nous avons, tous les deux, soulevées (et c’est loin d’être fini !).

Debout, à gauche, il ne parvient pas à retenir ses larmes, les lunettes embuées. Je retire ma main gauche de sa main droite pour la ramener à son visage… caresse sa joue gauche. Un moment très fort…

Malgré toute cette médicalisation et une intimité inévitablement malmenée, aujourd’hui, il s’est passé quelque chose de fort. Je ne sais pas combien de temps cela va durer, mais une chose est sûre, aujourd’hui, nous sommes quatre.

Et pour immortaliser cette matinée, voici quelques photos que j’ai prises (ou que mon homme a prises) en pensant à vous, mes (ex)-copinautes de galère.

Doigts (et bras) croisés, juste avant le transfert, en attendant Number 4…

Au retour, à défaut de pont (clin d'oeil à Barbidou), la Dame de Fer sous la neige...

Au retour, à défaut de pont (clin d’oeil à Barbidou), la Dame de Fer sous la neige…

Un bon p'tit déj, comme je les aime... préparé par mon homme, aux petits soins...

Un bon p’tit déj’, comme je les aime, une fois rentrés… préparé par mon homme, aux petits soins…

Mes drogues (en plus des 5 comprimés quotidiens… Toco, Gynéfam et Oligobs PMA) pendant 15 jours (l’injection d’Ovitrelle, ça sera pour lundi) :

Médicaments post-ponction et transfert

Médicaments post-ponction et transfert

Lorsque nous sommes arrivés, nous avons eu la joie de revoir ma copine de chambre (du jour de la ponction) et son mari. Ils ont eu deux embryons (de top qualité !) transférés aussi. J’espère de tout mon coeur que nous aurons des bonnes nouvelles à nous annoncer respectivement le 31…