3 jours après la ponction…

Réveillée ce matin (nuit plutôt !) à 4h par ce terrible cauchemar : notre seul, unique et si précieux embryon a stoppé son évolution.

Trois heures plus tard, je décide d’appeler le labo pour en savoir plus. Mais je n’en saurais pas plus… Nous devons sagement attendre dimanche. C’est le matin même que nous découvrirons s’il y aura transfert ce jour… ou pas…

Pour les concernées, comment cela se passe-t-il dans vos centres ? Pouvez-vous obtenir des informations ?

Je me demande s’ils vérifient le développement de l’embryon tous les jours, s’ils appellent les couples concernés avant la date prévue du transfert en cas d’arrêt de développement en cours de route (ce qui est malheureusement très fréquent). D’ailleurs, peut-être ne peuvent-ils pas vérifier tous les jours (pour des histoires d’optimisation de la culture prolongée)… ?

Beaucoup de questions. Je n’y crois pas du tout à son évolution.

Pourquoi ça marcherait enfin au bout de 9 tentatives PMA ? Pourquoi ça serait enfin la bonne pour moi, IO de 37 ans avec des cellules tueuses à profusion dans l’endomètre et en essai depuis 4 ans avec 3 FC à mon actif (moi, radoter ?) ?

Nous devons sagement patienter jusqu’à dimanche 7h15 précises… Cette attente me semble interminable. Et puis pour rajouter une couche de stress, voici sur quoi je tombe (un article scientifique, hein, ça se passe ici !) dont voici un extrait :

« Le transfert d’embryons humains au stade blastocystes n’est ni un concept ni une technique nouvelle. Réalisé par plusieurs équipes en routine par coculture depuis 1992, de bons résultats ont été obtenus en particulier chez des patientes dites mauvaises implanteuses, mais sans que l’on sache si le succès était dû à une meilleure sélection embryonnaire ou un meilleur développement du fait de facteurs
produits par les cellules co-cultivées ou du fait d’une meilleure synchronisation utérus/embryon. (…)

Cependant le transfert de blastocyste a aussi montré ses limites : la plus importante étant le taux réduit d’embryons clivés atteignant le stade blastocyste (40 à 50% maximum) ce qui représente une perte importante d’embryons pour les couples.

Papanicolaou et al en 2008 sur une méta analyse montre qu’il existe un meilleur taux de grossesses quand on transfère à J5 comparé au transfert de J3 si le
nombre d’embryons transférés est équivalent. La Cochrane data base en 2007 avait montré une amélioration des taux de grossesses au stade blastocyste avec effectivement un taux significativement plus élevé d’annulation en J5 pour arrêt de 
développement embryonnaire.

Une récente étude nantaise, a établi un modèle permettant de prédire la réduction du risque d’absence d’évolution de J3 à J5 en prenant en compte et de façon indépendante, l’âge de la patiente , le aux de fécondation, le nombre d’embryons à 6-8 cellules à J3. A creuser si l’on veut pouvoir améliorer les chances d’implantation par le biais de la culture prolongée sans risquer d’annuler le cycle. »

Publicités

Nos gamètes ont « fait l’amour » !

N’y pouvant plus d’attendre le coup de fil tant attendu du laboratoire, j’ai pris les devants !

Le seul et unique ovocyte a bien été fécondé.

Comme Number 4 semble aimer prendre des risques, il a décidé que la prochaine étape serait un transfert à J5 après une culture prolongée.

Les 4 jours devant nous vont nous sembler une éternité…

L’embryon évoluera-t-il comme il faut ? Deviendra-t-il blastocyste ? Résistera-t-il à l’environnement en laboratoire ?

Je pense qu’il est toujours mieux là-bas que dans mon utérus (ça me fend le coeur de dire ça, mais c’est la vérité…).

Que la route est longue et douloureuse… Et l’issue tellement incertaine…

9ème tentative PMA : FIV 3 sur cycle naturel

Le monde s’est arrêté depuis les résultats de la biopsie endométriale et la découverte de cellules tueuses à profusion :

  • cellules CD56+ > 70 (norme : entre 30 et 60)
  • Interleukine 18 : à 0,14 (norme : entre 0,03 et 0,11)
  • Interleukine 15 (et là, c’est le drâme !)à 18,28 (norme : entre 0,3 et 3,0).

C’est bien connu, c’est quand on s’y attend le moins que le pire arrive ! Coup de massue en pleine tronche. Et bim, dans ta face.

L’IO ne suffisait pas, les 3 FC et/ou arrêts de grossesse non plus d’ailleurs…

Je me réveille la boule au ventre –les cellules de mon endomètre tuent-, me couche avec un noeud à la gorge –les cellules de mon endomètre tuent-, et entre deux, je survis –les cellules de mon endomètre tuent-.

La cortisone que je prends pour tenter d’éradiquer ces cellules tueuses m’empêche de dormir. Je me réveille dix fois la nuit.

Je dois en prendre tous les jours pendant au moins un mois (Prednisone -générique du Cortancyl 20 mg-).

Après 10 jours de prise, les effets secondaires sont déjà inquiétants :

  • prise importante de poids,
  • rétention d’eau,
  • gonflement du corps, du visage et surtout des mains (hier, je n’ai pas réussi à retirer ma bague qui, habituellement est trop grande !),
  • transpiration excessive,
  • perte de cheveux,
  • et ce qui m’inquiète le plus : des problèmes d’articulation essentiellement au niveau des genoux. Certains mouvements me font mal. L’autre jour, en montant les escaliers, j’ai falli littéralement tomber. Il a fallu que je prenne appui et la rampe a été mon amie.

J’en arrive à me demander sérieusement si on ne va pas arrêter la PMA. Je crois que c’est trop. Je suis à bout.

La FIV-DO constituait notre seul espoir et là, même le don est compromis tant que le traitement n’aura pas prouvé son efficacité. Comment continuer s’il n’y a plus d’espoir ?

Nous sommes propulsés pour notre 9ème (et ultime ?) tentative PMA (sur cycle naturel).

Sur ce cycle spontané, je n’ai eu que :

  1. trois prises de sang, mais je marque de plus en plus et j’ai des bras de junkie malgré tout…
  2. une seule échographie de monitorage : quoi contrôler quand on n’a pas/peu de follicules… ?

Avec un seul follicule à 13 mm (peut-être deux, mais doute sur le 2ème) et un taux d’oestradiol à 325 (hier à J11), la ponction est prévue mardi matin à J15, ce qui est une grande nouveauté car mes ponctions ou IAC ont toujours eu lieu à J12. Mystère…

L’endomètre mesurait 7,4 mm à J10 ce qui, selon l’échographiste, est très bien (ouf !!!).

Ce midi, infirmière à domicile pour les deux injections :

  1. Cetrotide 3 MG,
  2. Pergoveris 2 ampoules (+ 2 solvants) : injection dans le bras (autre nouveauté).

(D’habitude, c’est mon homme qui fait tout ça, mais là, y’a eu comme une petite… difficulté disons…).

Dimanche 23h, rdv pris pour le déclenchement en intramusculaire (Gonadotrophine Chorionique Endo 5000 HCG).

Quand je pense que j’avais enfin réellement tourné la page et fait le deuil d’un enfant issu de nos gamètes…

Quand je pense qu’après un tel parcours, j’étais enfin prête à passer le cap du don…

Quand je pense que là, on aurait dû être en pleine réflexion pour le don en RT…

Quand je pense que je ne pense même plus à mon insuffisance ovarienne (puisque l’IO a sa solution : le don d’ovocytes à l’étranger)…

Si le traitement n’agit pas sur les cellules tueuses, c’est définitivement que nous resterons à quai…

Je n’espère plus rien. Je ne crois plus en rien. Je veux juste que tout ça soit loin derrière nous.

Terminus, tout l’monde descend…

Je sais pas où et comment je trouve encore la force pour tout… pour tout ça…

Mon dosage de BCHG est passé de 47 à 43 en 48h.

Encore une grossesse non évolutive. Le cauchemar.

Comment vais-je gérer cette 3ème FC ???

Mon homme est dépité de tristesse. Il y croyait tellement.

Pas de bébé en 2013… Non plus.

Comment vous dire… + EDIT de 19h30

Rien en 2009.

Rien en 2010.

Rien en 2011.

Rien en 2012.

Rien en 2013.

Sans surprise : pas de bébé en 2013, non plus…

C’est ce que j’avais commencé à écrire (c’est mon 100ème billet aujourd’hui).

Mais… mais… mais… il se trouve qu’à 14 DPO, mon taux est à 47 mUI/ml.

Alors… mon coeur bat… la chamade…

Ce taux est faible. Certes. Mais il est positif…

EDIT :

Les résultats de la prise de sang et du test urinaire en image. Mon fantasme de PMette…

 

En attendant la prise de sang…

Deux choses :

  • Mon pense-bête des comprimés post-ponction/transfert à prendre quotidiennement (quoi, quand, combien, pendant combien de temps…) :

Lulu

  • L’ambiance étant (heureusement) souvent détendue quand il s’agit pour mon homme de me piquer -12 clics d’Ovitrelle à J16 (DPO 4) et le reste (13 clics) à venir, à J22 (DPO 8)-, j’ai voulu vous faire partager notre rituel piquouzes : ça se passe ici et ça dure 30 secondes (format mp3).

Je couve mon p’tit bio’ !

Le transfert de notre embryon a bien eu lieu ce matin.

Je couve notre p’tit bio J2 de 3 cellules.

Verdict le 28 mars.